Samarra


Catégorie: Podcasts

Les présidents de la République en chansons.

par blot Email

En cette période électorale, pourquoi ne pas s'intéresser aux chansons consacrées (plus ou moins dirctement) à nos hommes politiques, en particulier ceux qui briguent la présidence de la République? 
 
Pour accompagner la lecture de ce post et la sélection de liens retenus, nous vous proposons de réécouter la musique officielle de la campagne de Jacques Chirac en 1981.  Attention, on devient vite accro! 
 

 

* Sur l'histgeobox, quelques titres sont consacrés aux hôtes de l'Elysée.
Gérard Lenormand: "Si j'étais président". Dans cet excellent post, Vservat s'intéresse à la fonction présidentielle et son évolution. Elle y dresse en outre une galerie de portraits des différents présidents.

Jean Louis Murat: "Le coup de Jarnac". Hommage à François Mitterrand et sa mémoire.

Zebda:"Le bruit et l'odeur". A partir de la sortie raciste de Jacques Chirac (pas encore président à l'époque), Zebda s'interroge sur la place des populations immigrées dans la France actuelle.

L'hommage de Bécaud à de Gaulle: "Tu le regretteras" (ou pas).

* Sur France Info, dans le cadre de son émission "Ces chansons qui font l'histoire, Bertrand Dicale consacre une série de chroniques intitulée la chanson du président. Les trois premiers présidents de la Vème ont déjà eu droit à leur épisode:
-
de Gaulle (1958-1969).
-
Pompidou (1969-1974).
Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981).

Quelques liens intéressants sur les usages de la musique et des chansons par les candidats:

- "Chansons de campagne" sur les présidentielles passées.


-
30 ans de chansons de campagne. Amis mélomanes fuyez, sauf si vous avez envie de vous détendre avec par exemple, le détournement d'une chansons de Kamaro [qui a des nouvelles?] vantant les mérites de Bayrou qui vaut son pesant de cachuètes.

 Sur le site de la Nouvelle République:
Rétrospective des chansons de campagne.
- Des
musiques de meeting aux clivages prononcés



  - Fluctuat.net: "
Quels morceaux pour quels messages? La playlist de Sarkozy vs celle de Hollande."

 

* Le blog A la recherche des sons perdus propose une sélection de titres pour les différentes personnlaités politiques qui se présentent en avril/mai 2012 à la candidature suprême:

 
* Le 26 mars, Hondelatte présente un divertissement intitulé "
les Présidentielles en chansons" sur France 3.

 

L'année politique s'avère également très chargée aux Etats-Unis, terminons donc par deux liens sur les choix musicaux des candidats:
* Les
choix musicaux des candidats à l'élection présidentielle américaine.
* La
playlist d'Obama sur Spotify. 


Les indépendances africaines: internet, radio, TV.

par blot Email

 

* Des podcast et émissions de radio:

- L'émission "archives d'Afrique" présentée par Alain Foka sur RFI s'intéresse à l'histoire contemporaine de l'Afrique à travers ses grands hommes: Mamadou Dia, Amilcar Cabral, Modibo Keïta.

- "50 ans 50 émissions" consacrées aux indépendances africaines sur Africa N°1.

* Page web que France Inter consacre à l'événement. On y trouve d'anciennes émissions de la radio consacrées à l'histoire de l'Afrique contemporaine ("Afrique enchantée", "et pourtant elle tourne", "2000 ans d'histoire").

 

* Des émissions TV:

France Télévision, jusque là très discrète en cette année de commémoration des indépendances africaines, propose à partir du dimanche 10 octobre, une série de documentaires intitulée "Afrique(s), une autre histoire du XXe siècle." Réalisés par Alain Ferrari et Jean-Baptiste Péretié, ils ont été écrit avec Elilikia M'Bokolo et Philippe Sainteny, éminents spécialistes de l'histoire de l'Afrique contemporaine. A voir sur France 5 tous les dimanches en prime time pendant 4 semaines.


 

 

- UNE AUTRE HISTOIRE DU 20E SIECLE : Episode 1 (1885 - 1944) LE CREPUSCULE DE L'HOMME BLANC Dimanche 10 Octobre 2010 à 20:36

- Episode 2 : L’Ouragan africain (1945-1964).

- Episode 3 : Les Aventures chaotiques de la démocratie (1964-1989).

- Episode 4 : La Longue Marche vers l’unité (1989-2010).

 

Présntation ici

- Des débats sur la chaîne France 24: "Afrique, le défi démocratique"/ "France-Afrique, que reste-t-il de nos amours?" ...

 

* Des sites web consacrés aux 50 ans d'indépendances:

- Dossier complet du CNDP.

- Le Monde.fr: Diaporama animé sur l'histoire de la décolonisation française.

- Sur France 24 (à compléter avec le site Facebook).

-RFI: "il y a 50 ans les indépendances".

- Sur la section Toulon de la LDH: "cinquantenaire des indépendances : y a-t-il vraiment quoi que ce soit à commémorer ?"

- "Cinquante ans de décolonisation africaine" par Achille Mbembe que le site du quotidien Le Messager.

- Un site de l'ONU dédié à la décolonisation.

 

* Musiques et indépendances africaines.

Pour les lecteurs de Mediapart: "Afrique: la bande-son des indépendances".

- Un dossier passionnant sur le site de RFI.

Un monde de Rap (1-II) Royaume-Uni

par Aug Email

 

 

 [De gauche à droite et de haut en bas : Bomb The Bass, Compil' Black Whole Styles, Roots Manuva, Dizzee Rascal, Roll Deep, Wiley, Tinchy Stryder, Chipmunk, N-Dubz, Professor Green, Jammer, Tinie Tempah, The Streets, Speech Debelle et M.I.A.; Faîtes un clic droit sur l'image pour l'aggrandir]

 

Article à lire, voir et écouter en cliquant sur le lecteur ci-dessous ou en podcast. Playlist complète, carte, sources et liens à la fin.

 

 

Retrouvez la première partie sur les années 1980 et 1990 en cliquant ici.

 

 

  •  De Roots Manuva à Dizzee Rascal

 

  J'ai terminé la première partie de la présentation de la scène rap britannique par Roots Manuva qui émerge à la fin des années 1990. Entamons cette deuxième partie sur les années 2000 par le même Roots Manuva puisqu'il est toujours, en ce début de deuxième décennie du XXIème siècle, l'une des locomotives du rap made in UK. Je vous fait écouter deux extraits de titres issus de son dernier album Slime & Reason, sorti en 2008. Observez-le d'abord dans "Again and Again" jouer une partie de cricket très originale puis dans le mystique et magnifique "Let The Spirit".

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre tête d'affiche du rap britannique, c'est donc Dizzee Rascal. S'il vit aujourd'hui dans la douce quiétude de la campagne anglaise au coeur du Kent, il a grandi à Bow, au nord-ouest de Londres. Son père est Nigérian et sa mère Ghanéenne.

A 19 ans en 2003, il a obtenu le Mercury Prize (prix annuel décerné depuis 1992 au meilleur album britannique ou irlandais) pour Boy in Da Corner, une première pour un rappeur. Il a depuis enchainé trois autres albums et autant de succès jusqu'à Tongue N' Cheek sorti en 2009. Son tube le plus connu, c'est "Bonkers" c'est-à-dire cinglé... "Certains pensent que je suis cinglé mais je suis juste libre !"

 

 

 

 

 

  • Le "Grime", émergence du style UK ?

 

Dizzee Rascal est souvent annoncé comme le meilleur représentant du style "grime" c'est-à-dire "sale". Sale par l'univers décrit par les MC, par la rythmique plutôt violente inspirée du dancehall jamaïcain, par la rapidité du flow, les phrases courtes, les mots répétés.  Mais le grime c'est aussi  une décomplexion à rapper sans dissimuler son accent, le langage et les sujets de tous les jours. C'est le moment décisif où les rappeurs vont cesser d'imiter le rap américain. Wiley est sans doute celui qui marque la rupture, il est le "parrain" du grime. Le grime se développe donc à la fin des années 1990, au sein d'une riche scène underground (entre rave, jungle et style garage) dans le quartier de Bow au Nord-Est de Londres. C'est l'épicentre du MCing britannique.

Dizzee Rascal est celui qui va faire émerger cette scène au grand jour. Il fait alors partie d'un collectif créé en 2002 : Roll Deep. Ce collectif compte également Wiley (Photo ci-contre) et  Tinchy Stryder. Si Roll Deep continue son chemin sous l'impulsion de Wiley, c'est sans Dizzee et Tinchy Stryder qui  ont entamé avec succès une carrière solo. Rascal rejette d'ailleurs le terme grime qu'il considère comme une invention de toutes pièces par des journalistes. Wiley préfère lui parler d'Eskibeat. Sur les traces de Rascal, de nombreux artistes prennent le micro et connaissent le succès. Le grime a même sa série télé interactive : Dubplate Drama.

 

Inspirée par le grime et par les disques de Salt-N-Pepa qu'écoutaient sa mère, la jeune rappeuse Lady Sovereign a grandi dans un HLM à Wembley. Son ascencion est très rapide puisqu'elle a signé un contrat avec Def Jam après avoir bluffé Jay-Z qui lui demandait un freestyle...

Toujours dans la mouvance Grime, le très jeune Chipmunk (né en 1990, de Tottenham) a été consacré meilleur artiste Hip-Hop en 2009 aux MOBO awards (MOBO signifie Music of Black Origin). Dans le même temps, le trio N-Dubz (de Camden Town au nord de Londres) était sacré meilleur groupe. Le groupe, créé en 2000, a produit deux albums en 2008 (Uncle B) et 2009 (Against All Odds). Chipmunk et N-Dubz ont été, avec Tinchy Stryder, les plus gros vendeurs de disques Hip-hop en 2009 au Royame-Uni.

Même si certains comme Dappy de N-Dubz se distinguent souvent dans la rubrique des faits divers, ils savent aussi se mobiliser pour des bonnes causes comme pour ce titre de 2009 "I Got Soul" qui dénonce l'utilisation des enfants-soldats. Le collectif Young Soul Rebels rassemble entre autres Chipmunk, Tinchy Stryder et N-Dubz.

 

De nombreux rappeurs comme Professor Green (vidéo ci-dessous), Jammer  et Tinie Tempah s'inscrivent également dans ce courant. Le rap britannique ne se limite pas au grime, nous allons le voir. D'ailleurs il y a aussi quelques gangstas comme Giggs.


 

 

 

  • Diversité

 

Dans un autre style, le rappeur The Streets (de son vrain nom Mike Skinner), originaire de West Heath à Birmingham, a déja sorti quatre albums depuis 2002 et est un des rappeurs les plus connus du pays.

 

 

 

Autre lauréate du Mercury Prize, cette fois-ci en 2009, la jeune Speech Debelle, récompensée pour Speech Therapy. De son vrai nom Corynne Eliott, elle est née en 1983 à Londres. Elle grandit sans père avec sa mère jusqu'à l'âge de 19 ans (écoutez la très belle chanson qu'elle écrit à ce père qu'elle n'a jamais connu "Daddy's Little Girl"). Elle quitte alors sa mère et va vivre quelques années dans la précarité. Une expérience qui constitue en grande partie la toile de fond de son premier album Speech Therapy (Le mot signifie également orthophonie en anglais). Speech Debelle est en effet une jeune rappeuse qui croit aux vertus de la parole. L'album est sorti en 2009 sur le label Big Dada et est produit en partie par Wayne Lotek qui produit également les disques de Roots Manuva. Manuva que l'on retrouve en featuring sur "Wheels In Motion". L'ensemble de l'album est une petite merveille qui mêle sonorités jazz et folk.

Malheureusement, le succès commercial n'a pas été au rendez-vous, des concerts ont été annulés (dont un à Nancy...) et Speech Debelle a décidé de rompre avec son label.  Aux dernières nouvelles, les choses se seraient arrangées... Elle travaille en ce moment sur un nouvel album annoncé pour bientôt, ça s'appellera The Art of Speech.

 

 

 

 

 

Enfin pour terminer évoquons un personnage inclassable et détonnant, que l'on ne peut bien sûr enfermer dans le seul Hip-hop : M.I.A. Elle est née à Londres, mais a vécu une partie de son enfance au Sri-Lanka, d'où ses parents sont originaires. Elle fait partie de la communauté tamoule, minoritaire au Sri-Lanka. Elle revendique fièrement cette origine et n'hésite pas à parler d'un "génocide" pratiqué par la majorité cinghalaise de l'île. Cela lui a valu de nombreuses menaces, y compris de l'armée srilankaise. Elle est davantage inspirée par le rap américain. Elle a connu la célebrité grâce au titre "Paper planes" qui figure dans la B.O. de Slumdog Millionnaire et dans lequel elle sample "Straight to Hell" des Clash ("Paper Planes" a lui même été samplé par Kanye West, voir ici). Elle vient de sortir son troisième album : Maya.

 

Voilà, tout ceci n'est qu'un aperçu subjectif. N'hésitez pas à me signaler erreurs, omissions et suggestions. Hope you enjoyed the vibe !

 

 

Découvrez la playlist UK Rap (II) avec Roots Manuva

 

Retrouvez tous les artistes évoqués dans la carte du hip-hop ci-dessous :

 


Afficher Géographie du Rap et du Hip-Hop sur une carte plus grande

 

 

 

Sources et liens :

 

 

1 2 3 4 5 6 >>