Samarra


Tags: boxe

Entretien avec Eddy Vaccaro: co-auteur de la BD "Championzé".

par blot Email

Eddy Vaccaro.

ace="times new roman,times" size="4"> 

Après l'entretien que nous a accordé Aurélien Ducoudray, nous avons posé les mêmes questions à Eddy Vaccaro, le dessinateur de la très belle bande dessinée intitulée "Championzé: un destin de Battling Siki" sortie début 2010 chez Futuropolis. Il y revient sur son rôle dans la genèse de l'oeuvre, sa collaboration avec Aurélien Ducoudray et ses projets (dont vous pouvez prendre connaissance sur son blog qui vaut le détour.

roman,times" size="4"> 

t face="times new roman,times" size="4">Un très grand merci à Eddy Vaccaro.

"times new roman,times" size="4"> 

font face="times new roman,times" size="4"> 

t face="times new roman,times" size="4">- Pouvez-vous revenir sur votre parcours?

roman,times" size="4"> 

ce="times new roman,times" size="4">Eddy Vaccaro: je suis arrivé à la bd après des études d'arts appliqués et d'arts plastiques. La bd n'était pas une passion, juste un petit plaisir que je me faisais de temps en temps. En fait, je voulais être musicien, j'ai joué dans pleins de groupes, j'ai enregistré des disques mais le monde de la musique est si difficile que je m'en suis lassé. A ce moment là, j'ai découvert des auteurs de la nouvelle vague de BD indépendante des années 90 qui m'ont beaucoup touché et ça m'a donné envie d'essayer, en apprenant sur le tas. C'est comme ça que j'ai sorti mes 2 premiers albums avec au scénario le chanteur et leader du groupe dans lequel je jouais, Guillaume Pervieux. Ensuite j'ai fait un album avec Tarek chez EP éditions et Luc Brunschwig m'a contacté en tombant sur mon blog pour participer au collectif "Paroles d'illettrisme" chez Futuropolis. c'est lui aussi qui m'a mis en contact avec Aurélien pour dessiner Championzé.

an,times" size="4"> 

ce="times new roman,times" size="4"> - Comment avez-vous découvert l'existence de Battling Siki times new roman,times" size="4">et qu'est-ce qui vous a convaincu de lui consacrer un album? font face="times new roman,times" size="4"> 

n,times" size="4">Eddy Vaccaro: je le connaissais sans le connaître. Une amie m'avait appris qu'elle avait un ancêtre noir champion du monde de boxe dans les années 20 et un an après on me propose d'illustrer cette histoire. J'ai fait le rapprochement, elle a confirmé. Coïncidence incroyable!

 

size="4">- Quels aspects de la personnalité de Siki souhaitiez-vous mettre en évidence?

ace="times new roman,times" size="4"> 

,times" size="4">Eddy Vaccaro: de mon côté, j'ai d'abord respecté le scénario d'Aurélien, ensuite, en travaillant ensemble sur le découpage, on a ajouté des passages caricaturaux voire drôles qui n'étaient pas prévus dans la mise en scène originale. Je pense qu'on se l'est permis parce que siki était un homme haut en couleur, rigolard, parfois excessif mais humble. Le reste de sa personnalité, ce sont les médias qui l'ont façonné, et il est difficile de distinguer "les vérités" de la légende. 

t face="times new roman,times" size="4"> 

t face="times new roman,times" size="4">http://www.reserveabulles.com/vaccaro/images/general/siki-essai-couv.jpg

man,times" size="4"> 

es new roman,times" size="4"> - Pouvez-vous revenir sur votre collaboration. an,times" size="4">Vous connaissiez-vous avant de travailler sur Championzé? Quels sont vos rôles respectifs?  > 

n,times" size="4"> Eddy Vaccaro: pour la documentation, j'ai cherché sur internet ainsi que sur des livres contenant des photos d'époque. Aurélien m'a fourni des journaux du début du siècle qui m'ont bien aidé et même influencé graphiquement car on y trouve beaucoup de caricatures assez drôles et de bonne qualité. Ensuite, j'ai regardé le film du combat Siki-Carpentier qui est disponible facilement sur internet ainsi que d'autres films traitant de la vie de boxeurs (Ali, Cinderella Man, Raging bull, Hurricane, etc...). Avec tout ça, un peu d'imagination et l'approbation d'Aurélien j'ai créé le monde de Siki à ma sauce, comme je le sentais. Après un story-board rapide, j'ai utilisé toute une gamme de crayons plus ou moins gras, d'une manière assez directe, parce que je n'aime pas rester des heures sur une case, que j'ai envie de raconter une histoire sans tout décrire et que j'ai besoin de faire passer l'émotion directement, en gardant la spontanéité du premier jet. Le crayon le permet parfaitement, je le reprends avec du "correcteur blanc" que j'utilise comme de la peinture blanche. 

"> 

> - Quels sont vos projets respectifs ou en commun ( une série sur les boxeurs "maudits" à l'instar de Jack Johnson)? es" size="4"> 

size="4">Eddy Vaccaro: Actuellement je travaille avec Clément Baloup sur l'adaptation d'une nouvelle de Robert-louis Stevenson, "le club du suicide". Ensuite, on repart avec Aurélien pour les scenarii décrits dans son entretien

imes" size="4"> 

face="times new roman,times" size="4"> - Enfin que retenez-vous de "l'expérience Championzé"? 

ace="times new roman,times" size="4"> 

roman,times" size="4">Eddy Vaccaro: tout d'abord, le plaisir de travailler avec Aurélien, qui est devenu un véritable ami, ensuite la découverte d'un homme et de son époque et l'envie d'aller voir l'Afrique! Car finalement, les passages où Siki est enfant sont ceux que j'ai préféré dessiner!

4"> 

new roman,times" size="4">

es" size="4"> Liens:

e="4">- Boula Matari, le blog d'Aurélien Ducoudray.

es new roman,times" size="4">- Le blog d'Eddy Vaccaro.

times" size="4">- Pascal Ory présentait la BD pour la fabrique de l'histoire sur France Inter.

face="times new roman,times" size="4">- L'émission Café crimes de Jacques Pradel sur Europe 1 consacrée à Battling Siki.

ew roman,times" size="4">- Deux autres articles consacrés à la boxe (à Mohamed Ali) sur Samarra.

="4">- "Dans les coulisses de Championzé" sur le site de Futuropolis.

s new roman,times" size="4"> 

Entretien avec Aurélien Ducoudray co-auteur de la bande dessinée "Championzé".

par blot Email

Aurélien Ducoudray (photo empruntée à son profil blogger).

 

Nous vous avons parlé, il y a peu, du destin hors du commun de Battling Siki auxquels Aurélien Ducoudray et Eddy Vaccaro s'intéressent dans une très belle bande dessinée intitulée "Championzé: un destin de Battling Siki" sortie début 2010 chez Futuropolis. Aurélien Ducoudray a eu la gentillesse de répondre à nos questions. Il y revient sur le genèse de la BD, la personnalité complexe de Siki ou encore ses projets (les deux compères se lancent dans une trilogie consacrée à des boxeurs atypiques. On attend la suite avec impatience). Un grand merci à Aurélien Ducoudray pour ses réponses à nos questions. 

 

- Pouvez-vous revenir sur vos parcours respectifs?

 

 Aurélien Ducoudray: un bac éco, des études d'anglais ratées, diplôme de photographie de la rue, ensuite photographe de presse ( gamma pour des sujets humanitaires en Afrique et Bosnie) puis journaliste écrit, journaliste télé et enfin actuellement réalisateur de documentaires et scénariste! sans oublier 150 boulots d'intérim pour se payer des billets d'avions dans le but de faire des photos!! bref de l'image et des histoires depuis le début!

 

 

- Comment avez-vous découvert l'existence de Battling Siki et qu'est-ce qui vous a convaincu de lui consacrer un album?

 

 

Aurélien Ducoudray: dans une note de bas de pages d'une encyclopédie de la boxe, complètement par hasard!! Après avoir fait deux documentaires vidéos sur des boxeurs je ne comprenais toujours pas ce qui poussait deux hommes à monter sur un ring pour se balancer des coups de poings dans la figure!! Pour rien au monde je n'y monterais!! Pour l'un de mes documentaires, j'ai fixé une caméra sur un casque d'entraînement pour voir ce que voyais un boxeur en combat, je l'ai posé au bout de 15 secondes d'entraînement! C'était trop effrayant!!

Donc Battling siki vient de l'envie de prolonger cette expérience mais par l'intermédiaire d'un récit... bien moins dangereux! C'est avant tout le fait qu'il ait disparu des livres de boxe qui m'a intrigué... Pourquoi? Un champion du monde ce n'est quand même pas rien. La Fance n'en a pas des collections. C'est là qu'a commencé l'enquête...

 

 

- Quels aspects de la personnalité de Siki souhaitiez-vous mettre en évidence?

 

 

Aurélien Ducoudray: c'est moins la personnalité de siki que la façon dont le monde le percevait à l'époque qui nous a intéressé, avec en filigramme ( en très très gros filigranne!!) le racisme évident et simplet de l'époque... et puis bien sur aussi le fait que Siki, aussi bas qu'il puisse tomber, avait toujours la force de se relever... une métaphore évidente pour un boxeur!!

 

 

- Vous êtes parvenus à marier avec bonheur histoire et fiction, ce qui pourtant devait représenter un vrai défi compte tenu des nombreuses zones d'ombre dans la biographie du boxeur. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre manière de travailler (sur quelles sources? Comment avez vous tranché sur les multiples théories qui entourent les combats ou l'existence de Siki?)

 

 

Adrien Ducoudray: Plusieurs livres étaient sortis sur Siki: un de Jean marie Bretagne, que je conseille plus que vivement et un autre en anglais de Peter Benson sur les matchs truqués dans la boxe. J'ai complété ces sources par de nombreux articles et journaux d'époque qui se sont révélés, malgré le black out ( sans jeu de mot) fait sur Siki, faciles à trouver.

Après avoir croisé toutes les infos il n'en restait plus qu'une dont on était vraiment sûr: Siki était noir et champion du monde de boxe!!  Je me trouvais donc devant un arbre dont le tronc était ce postulat et toutes les autres informations (souvent contradictoires) représentaient les branches ( la figure du baobab). Au lieu de choisir une voie comme dans un labyrinthe et suivre une branche j'ai décidé de me mettre tout en haut de l'arbre et de regarder quelle ombre il pouvait projeter sur la société de l'époque. Cette ombre, c'était le récit de Siki avec toutes ces incohérences, ainsi je n'avais pas a choisir, je pouvais me servir de tout!!

 

- Pouvez-vous revenir sur votre collaboration. Vous connaissiez-vous avant de travailler sur Championzé? Quels sont vos rôles respectifs?

 

Aurélien Ducoudray: On ne se connaissait pas, nous avons été " mariés" par notre éditeur de l'époque Futuropolis: Luc Brunschwig. Il m'a convaincu ( je ne l'étais pas au début, ne connaissant pas bien le travail d'Eddy) et au premier essai sous la plume d'Eddy, Siki est apparu simplement...

Sinon pour la manière de travailler, j'ecris le scenario dialogué en entier, le soumets à l'éditeur, j'attends le feu vert, il me trouve ou je trouve moi même ( c'est plus dur car j'habite à la campagne, loin des ateliers de dessinateurs et des festivals) un dessinateur, ensuite j'aime bien lui confier le premier découpage, puis en rediscuter...

Sur Championzé je n'ai demandé à Eddy de ne changer qu'une seule case, ce qu'il n'a pas fait!

 

 

- Quels sont vos projets respectifs ou en commun ( une série sur les boxeurs "maudits" à l'instar de Jack Johnson) ?

 

Aurélien Ducoudray: Et oui ! Une trilogie ( après je pense qu'Eddy en aura marre de la boxe!!) avec l'histoire de Young Perez, champion du monde tunisien français au début des années 30 déporté à Auschwitz III et une histoire de "Primo Carnera" boxeur italien égérie du fascisme sous Mussolini, qui a la particularité d'être devenu champion du monde sans avoir gagné un seul combat, puisque tous truqués!!

Je planche également sur un road movie africain au pays des masques et de la magie: " le repas des hyènes", l'histoire d'un petit garçon forcé, pour sauver son village et sa famille, d'accompagner une hyène monstrueuse qui ne retrouve plus le chemin de l'enfer.

 

 

- Enfin que retenez-vous de "l'expérience Championzé"?

 

Aurélien Ducoudray: le plaisir qu'on parle encore de Siki et l'envie de repartir sur ses traces en Afrique!

Après nous être intéressés à la manière dont il a été vu dans les années 20 par les Européens, traiter de comment il est perçu aujourd'hui par les Africains.

Si un habitant de saint Louis lit cet article et qu'il peut nous accueillir, nous sautons dans l'avion tout de suite!!!

 

 

Liens:

- Jean-Marie Bretagne: "Battling Siki" Philippe Rey, 2008.

- Boula Matari, le blog d'Aurélien Ducoudray.

- Le blog d'Eddy Vaccaro.

- Pascal Ory présentait la BD pour la fabrique de l'histoire sur France Inter.

- L'émission Café crimes de Jacques Pradel sur Europe 1 consacrée à Battling Siki.

- Deux autres articles consacrés à la boxe (à Mohamed Ali) sur Samarra.

- Championzé, une histoire de Battling Siki.

 

Kinshasa 1974: Mohammed Ali vs George Foreman.

par blot Email

 

Affiche du combat.

 

On doit la tenue de ce match exceptionnel, à Kinshasa, en 1974, au fantasque Don King, un jeune promoteur sorti de prison trois années auparavant. Il parvient à  réunir la somme fabuleuse de 10 millions de dollars nécessaires à l'organisation de l'événement. L'affiche proposée fait saliver tous les amateurs de boxe puisqu'elle oppose George Foreman, le champion du monde poids lourd, alors invaincu, à Mohammed Ali, le plus médiatique des boxeurs, qui tente de revenir au plus haut niveau, après deux échecs. 

 


Le choix de la capitale zaïroise comme théâtre du combat ne manque pas de surprendre les observateurs.
Il revêt en tout cas une
forte symbolique et politique. Nous sommes alors en pleine période d'affirmation du Tiers-Monde. Par ailleurs, ce déplacement en Afrique ne peut que séduire un champion comme Ali, attaché aux valeurs panafricaines.
 Muhammad Ali débarque le 11 septembre à Kinshasa. Il y bénéficie d'une extraordinaire popularité et les jeunes Kinois prennent d'emblée fait et cause pour lui.
Cet accueil enthousiaste constitue un choc et une révélation pour Ali qui lance : "Je suis ici chez moi ". Invité par Mobutu, il poursuit : "Mr le président, je suis citoyen américain depuis 32 ans, et je n’ai jamais été invité à la Maison Blanche, soyez assuré de l’honneur d’être convié à la Maison Noire".

 

George Foreman et son chien loup (BE059352| Standard RM| © Bettmann/CORBIS).


 L'accueil des Zaïrois ne semble pas de trop pour le boxeur dont tous les spécialistes annoncent la déroute. Foreman a écrasé deux des précédents vainqueurs d'Ali (Frazier et Norton qu'ils terrasse en moins de cinq minutes alors qu'il avait fallu 24 rounds à Ali pour en venir à bout!). A 25 ans, ce colosse semble invincible. Au contraire, Ali paraît sur le déclin, son dernier titre de champion remonte à 7 ans, face à Sonni Liston. Il tente bien de se rassurer en multipliant les déclarations fracassantes
: " Foreman est lent et ses pieds sont plats. Tout le monde croit qu’il va m’anéantir ! Vous n’avez pas retenu la leçon face à Liston ? Je vais quitter la boxe comme j’y suis entré : avec fracas, en détrônant un monstre invincible ! Vous qui croyez que Foreman va me punir ! Je vais démontrer pourquoi votre George ne peut pas me battre. Ce combat ne sera pas seulement le plus grand événement de la boxe : il sera le plus grand événement de l’histoire : le plus important cataclysme jamais vu et pour ceux qui ignorent tout de la boxe : le plus grand des miracles !". Dans son for intérieur, il semble pourtant terrifié.



 



Seulement voilà, la préparation de Foreman est profondément bouleversée par une blessure à l’arcade. Le combat risque même de ne pas avoir lieu. Ali a beau jeu d'affirmer que son adversaire se dégonfle. Finalement, l'affrontement sera repoussé de cinq semaines (
les deux champions s'engagent également à rester sur place dans l'intervalle), le temps pour Foreman de se démoraliser dans un environnement qui lui est hostile. D'une part, il redoute la chaleur et l'humidité du climat zaïrois. D'autre part, il ne comprend pas l'hostilité de la population à son égard: "Je suis deux fois plus noir qu’Ali, et pourtant les gens ici ne m’acclament pas !" Ce désamour a plusieurs origines. D'abord, il ne peut rivaliser avec le "frère d'Amérique". Ali dispose en effet d'une côte de popularité inouïe et sa vivacité tranche avec le côté "nournours placide" de Foreman. Ensuite, son arrivée sur le tarmac de l'aéroport avec un berger allemand rappelle de très mauvais souvenirs aux Zaïrois. Les autorités coloniales belges utilisaient en effet ces chiens pour réprimer.

 


Acculé dans les cordes, Ali encaisse les frappes très lourdes de Foreman pendant les premiers rounds du combat.

 

Quoi qu'il en soit, le 30 octobre 1974 à 3 heures du matin (cet horaire permettait la retransmission à une heure de grande écoute aux Etats-Unis), les deux hommes entrent sur le ring. Dès son entrée dans le stade, Foreman comprend qu'il aura fort à faire face à un adversaire porté par 80 000 spectateurs qui chantent "Ali, Buma Yé !" (Ali, tue le !). Une fois que le gong retentit, Foreman se lance dans la bataille et prend incontestablement le dessus sur son adversaire qu'il parvient à acculer dans les cordes. Ali ne pourra donc pas "danser, voltiger" comme il s'y attendait. Il encaisse et encaisse les violentes frappent de Foreman dans le ventre. Son endurance et sa résistance sont d'autant plus remarquables que les observateurs avaient été impressionnés par la marque des poings de Foreman sur le punching ball lors de l'entraînement. Si Ali a du mal à masquer sa douleur, il tient bon. Le long travail de sape psychologique de son adversaire se poursuit puisqu'Ali ne cesse de le provoquer et de l'insulter lors des corps à corps: "C’est ton meilleur coup Georges ? Tu n’as que cela à m’offrir ? Tu es une fillette !".

 

Ali multiplie les provocations et ne cesse d'insulter Foreman, avant et durant le combat.

 

Foreman continue à cogner, mais il ne parvient pas à faire chuter Ali. Le combat se prolonge inhabituellement pour le Texan. Pour la première fois, un adversaire dépasse le quatrième round. Ses assauts semblent de plus en plus mal coordonnés et perdent en puissance. La moiteur de la nuit kinoise n'arrange rien. Au fond, il s'épuise sans succès. Il perd en lucidité et relâche sa défense, ce qui ne pardonne pas face à la "guêpe" Ali. Au cours du 8ème round, une droite fulgurante envoie le champion du monde au tapis. Sonné, il ne peut reprendre le combat. La foule exulte. Ali remporte ainsi son pari fou et se replace au sommet de la boxe mondiale.




Ali avec le dictateur zaïrois, Mobutu.
 

Foreman mettra de nombreuses années avant de se remettre de cette défaite. Il reste incrédule face à la défense d'Ali:
"J’ai livré les coups les plus puissants de ma vie. Ils auraient mis le monde entier KO". Il abandonnera même la boxe plusieurs années, avant de récupérer son titre à 46 ans, plus de vingt ans après le combat de Kinshasa. Aujourd'hui, George Foreman jouit d'une belle popularité et il a réussi sa reconversion (qui ne connait pas les fabuleux grills George Foreman?). Il mérite beaucoup mieux que l'image de colosse un brin limité qui lui a longtemps collé à la peau.


Ali, quant à lui, tient sa revanche et le fait savoir dès la sortie du ring: "Rampez connards de journalistes, je vous avais dit que ce type n’était rien ! Ne me donnez jamais plus perdant jusqu’à mes 50 ans..."
Les organisateurs peuvent se frotter les mains. Ce match est un immense succès. PDes millions de téléspectateurs ont regardé la rencontre. Don King réussit son coup de poker et s'installe aux commandes du boxing business. Mobutu, l'hôte des sportifs, ne lésine pas sur les moyens et utilise l'organisation de cette rencontre comme outil de propagande. Un festival musical eut d'ailleurs lieu avant le combat. Tout le gratin de la musique noire americaine et africaine était présent: BB King, James Brown, The Spinners, les as de la Fania All Stars (video ci-dessous) mais aussi l'Ok Jazz de Franco, Zaiko Langa Langa ...

 


Néanmoins, pendant ces festivités, les affaires courantes se poursuivent comme le rappelle l'excellent documentaire When we were kings. Ainsi, alors même que l'affrontement a lieu, on continue de torturer dans les geôles kinoises, dont certaines se situent sous le stade...

 

La fine fleur du funk et de la soul a fait le voyage à Kinshasa. Ici, un James Brown moustachu.

 

Approfondir:

 

- Le livre de Norman Mailer: "Le combat du siècle" qui retrace toute la tension et l’ambiance extraordinaire qui a précédé le match de Kinshasa.


 

-  On retrouve Norman Mailer dans le documentaire When We Were Kings qui se focalise sur le combat titanesque de 1974 (ci-dessus un extrait, autour du fameux 8ème round au cours duquel Foreman va au tapis).L'intérêt du documentaire réside surtout dans la mise en perspective du combat. Le réalisateur revient largement sur le contexte africain du combat et met en évidence le choc culturel que constitue ce voyage des deux boxeurs en Afrique. Au-delà des simples déclarations de solidarités avec ses frères de couleurs, Ali découvre un pays et des populations dont il ne connaissait manifestement pas grand chose. 

 

Liens:

- Hommages musicaux à Mohammed Ali.

1 2 >>