Samarra


Tags: chicago

Des séries pour comprendre le monde

par Aug Email

 

A lire et écouter sur la toile :

 

La petite bibliothèque du rappeur

par Aug Email

 
Vous aimez le rap (ou pas d'ailleurs...) et vous voulez comprendre son histoire, ses origines, ses codes, son évolution, sa géographie. Voici ce que vous pourriez trouver sur les rayons de la bibliothèque du parfait b-boy ou de la parfaite fly-girl (l'autre nom pour les fans de rap) :
 
  • Il faut commencer par l'ouvrage indispensable de l'américain Jeff Chang, Can't Stop, Won't Stop, Une histoire de la génération Hip-Hop, paru en français chez Allia en 2007. C'est un livre indispensable pour comprendre l'émergence du rap dans son contexte géographique, politique et social. J'ai personnellement adoré ce livre. Il est disponible intégralement sur Google books.

 

  • Côté français, l'auteur incontournable est le journaliste Olivier Cachin. Que ce soit à la télé (Rapline) ou dans la presse spécialisée (L'Affiche), il écrit sur le rap depuis plus de vingt ans. Pour commencer, vous pouvez dévorer son Découvertes Gallimard : L'offensive Rap, paru en 1996, réédité en 2001. Je vous recommande également son Dictionnaire du Rap paru chez Scali en 2007. C'est une mine de renseignements sur le rap US et français. C'est un outil indispensable pour qui s'intéresse à l'histoire du rap. On y voyage au fil des notices entre hier et aujourd'hui. Un petit reproche cependant, rien sur DJ Kool Herc... Signalons enfin son livre sur Les 100 albums essentiels du rap paru chez Scali en 2006.

 

  • Manuel Boucher, sociologue, a publié en 2002 chez L'Harmattan Rap, expression des lascars. Le livre étudie les significations et les enjeux du Rap dans la société française mais comporte une première partie qui étudie en détail les origines musicales du rap.

 

  • Jean-Claude Perrier, critique littéraire et musical, a publié en 2000 aux éditions de la Table Ronde une Anthologie intitulée Le rap français. Vous y trouverez les textes des chansons les plus fameuses des années 1990. Une édition actualisée Le rap français. Dix ans après est sortie en janvier 2010. Il y a en effet quelque chose de frustrant dans l'absence des paroles dans la plupart des pochettes de disques de rap. Les rappeurs ne seraient-ils pas toujours fiers de leurs textes ?

 

  • Les journalistes Thomas Blondeau et Fred Hanak ont publié en 2007 des entretiens avec des rappeurs américains. Ils sont regroupés avec une présentation très intéressante et tdans un style très percutant dans Combat Rap. 25 ans de Hip-Hop, chez Castor astral. Signalons que Thomas Blondeau ont également sorti en septembre 2008 chez le même éditeur et dans la même veine Combat Rap, 20 ans de Rap français.

 

  • Travailler sur les origines du Hip-Hop est extrêmement difficile. Les sources écrites sont plutôt rares (quelques flyers...). Les sources orales sont nombreuses mais parfois contradictoires. Le musicien et producteur Bruno Blum, excellent connaisseur des musiques jamaïcaine, a sorti en 2009 un très instructif Le Rap est né en Jamaïque chez le très bon éditeur Castor music. A la lecture de son ouvrage qui défend la thèse que les Jamaïcains, notamment King Stitt, U Roy ou Dillinger avaient déjà tout inventé à l'aube des années 1970, on est tenté de le croire et de crier à l'injustice. Pourtant, il semble que Blum connaisse bien mieux les musiques jamaïcaines que le Hip-Hop. Du coup, il sous-estime à mon avis les autre sources musicales du rap en voulant réhabiliter (à juste titre) l'apport de la Jamaïque au Hip-Hop. Autrement dit, le mouvement de balancier va peut être un peu trop loin.... On peut mettre en évidence la voie ouverte par les deejays jamaïcains (paradoxalement l'équivalent des MC en Jamaïque) et souligner l'origine jamaïcaine des pionniers comme DJ Kool Herc sans pour autant enlever sa spécificité au rap tel qu'il émerge dans le bronx des années 1970.

 

  • Un livre sur le rap est paru en 2009 dans la très saine collection Idées reçues du Cavalier Bleu. Son auteur, Anthony Pecqueux, ethnologue, revient sur les idées reçues concernant les origines du rap, son langage et sa musicalité, ses rapports à la morale et à la politique. ça se lit très bien.

 

  • Pierre Evil s'intéresse au Gangsta-Rap et nous livre avec Gangsta-Rap, paru chez Flammarion en 2005, un livre essentiel sur l'émergence du style West Coast. En retraçant l'histoire de la ville de Los Angeles, de ses mythes, de sa musique, il nous conduit jusqu'aux années 1980 et à la naissance du G-Funk à Compton autour des NWA. Il construit son ouvrage en chapitres centrés autour des personnalités à l'origine du G-Rap (Ice-T, Eazy-E, Ice-Cube, Dr Dre, 2Pac Shakur, Snoop Dogg), ce qui est parfois un peu perturbant car on envisage plus difficilement la dimension collective et l'évolution. C'est un détail mais Pierre Evil use et abuse du mot "séminal", très souvent utilisé en anglais, mais qui n'a pas tout à fait, à mon avis, le même usage en français. Quoi qu'il en soit, l'ouvrage séduit par son érudition et sa pertinence. 

 

  • Un livre passionnant et dans un anglais tout à fait abordable a été publié en 2009 sur la poétique du Hip-Hop. Avec Book of Rhymes. The poetics of Hip-hop , Adam Bradley convainc ceux qui ne le sont pas encore que la poésie est au coeur de la démarche du rap. En fin connaisseur des paroles du rap américain, Adam Bradley analyse tour à tour le rythme, la rime, les jeux de mots, le style, les histoires et la compétition verbale.

 

  • Pas facile de comprendre l'anglais utilisé dans certains raps.... Pour vous aider dans cette tâche ardue, je vous recommande un ouvrage formidable de Jean-Paul Levet : Talkin That Talk. Le langage du blues et du Jazz, Kargo, 2003. Il est d'abord centré sur le jazz et le blues, mais n'hésite pas à s'aventurer également dans le rap. Il s'agit d'un dictionnaire qui définit les mots et donne à chaque fois un ou plusieurs exemples de titres ou de paroles de chansons.Si vraiment vous ne trouvez pas, vous pouvez consultez Slang (dictionnaire bilingue de l'argot d'aujourd'hui) édité par Pocket ou alors explorer le site de l'Urban Dictionnary, une véritable mine collaborative.

 

  • Le  magazine Rap Mag consacre chaque année plusieurs hors-séries aux grandes villes américaines et à leur scène rap. Bien qu'inégaux, ces numéros offrent toujours une plongée intéressante sur les origines et l'évolution du rap dans ces métropoles. Parmi les numéros déjà publiés, signalons New York, Los Angeles, Atlanta, Chicago, Détroit, Philadelphie, Miami et  Las Vegas.

 

  • Un numéro passionnant d'Art Press était consacré en 2000 aux Territoires du Hip-Hop. Vous y trouverez des articles sur le rap aux Etats-Unis, en France et ailleurs (Sénégal notamment). Voici la liste des thèmes abordés par les articles : Technologie et savoir-faire humain - Du flow au cash-flow - le Bomb-Squad - la foi du graffiti - Hip-hop et danse contemporaine - Cinéma et hip-hop - Dakar, du griot au rappeur - Géopolitique rapologique - Quinze bonnes raisons de croire en l'avenir du hip-hop.

 

Anthologies :

 

 

  • Une anthologie des premiers enregistrements de rap sur disque avec un petit livret très intéressant qui reproduit de nombreux flyers des parties organisées dans le Bronx et à Harlem au début des années 1980 (un exemple ci-dessous). L'anthologie ne propose pas les morceaux les plus connus mais donne un aperçu intéressant de ce tournant qu'a connu le rap à la charnière des années 1970-1980. On y retrouve notamment Spoony Gee, Xanadu, Cold Crush Brothers, T Ski Valley, Brother D. Big Apple Rappin'. The Early Days Of Hip-hop Culture In Nyc 1979-1982.(Soul Jazz Records). Big Apple ("la grosse pomme") est le surnom de New York.

  • En 2009, le fameux label Def Jam a sorti une compilation pour ses 25 ans avec quelques uns de ses interprètes les plus connus des années 1980, 1990 et 2000 : T La Rock, LL Cool J, Public Enemy, DMX, Jay Z, Ludacris, Rick Ross, Method Man, Redman, Kanye West.

 

Au rayon BD :

  • Si vous êtes plutôt West Coast et Gangsta Rap, vous adorerez la BD Mutafukaz de Run dont les deux premiers volumes sont parus chez Ankama (image ci-contre : un membre d'un gang de L.A., les Bloods, dont la couleur est le rouge, interpelle les deux héros (ou plutôt anti-héros...) Angelino et Vinz). Le tome 0 et le tome 3 sont annoncés pour la rentrée...

 

  • Autre BD imprégnée de l'univers rap, en particulier du Gangsta, The Boondocks d'Aaron Mc Gruder. Il s'agit au départ d'un comic strip paru dans les quotidiens à partir de 1998 et qui est devenu un dessin animé. Les dessins de Mc Gruder sont tout ce qu'il y a de plus politique, dans le sens "incorrect" du terme, n'épargnant personne, noirs et blancs. C'est l'histoire de deux gamins noirs qui passent d'un ghetto du Southside de Chicago à un quartier résidentiel blanc de Los Angeles. Ils incarnent deux personnages caricaturaux de la communauté noire. Huey est le révolutionnaire noir alors que Riley est le futur gangster. Parmi leurs nombreux sujets de conversation, le rap.

  • Une Bd originale et autobiographique retrace la vie de MF Grimm., ça s'appelle Sentences et nous raconte l'histoire cahotique de Percy Carey aka MF Grimm. Une BD passionante.
  • Je vous ai parlé dans le prélude de la petite histoire du rap du délabrement du South Bronx dans les années 1970. Si vous voulez comprendre comment ce quartier en est arrivé là, je vous recommande la lecture de la BD de Will Eisner Dropsie Avenue (parue en 1994, rééditée récemment chez Delcourt). Le dessinateur américain (1913-2005) y raconte la vie et la mort d'un quartier du South Bronx autour d'une avenue imaginaire (je ne crois pas qu'il existe d'avenue portant ce nom à New York). L'histoire démarre à la fin du XIXème siècle, alors que le Bronx n'est encore qu'une vaste prairie où vivent quelques Hollandais. Elle est centrée sur la question de l'immobilier et des relations entre les différents groupes ethniques, religieux ou raciaux. (Lire la suite...)

 

Des films :

  • Beat Street. Une fiction musicale pour voir d'admirables battles de breakdancers au Roxy. Un film réalisé en 1984 par Stan Lathan sur des musiques produites par Harry Belafonte et Arthur Baker (producteur du "Planet Rock" d'Afrika Bambaataa).

  • West Coast Theory, un documentaire pour  comprendre les raisons du succès de la Côte Ouest. Réalisé par les Français Maxime Giffard et Felix Tissier en 2009. Edité par Agnès B. DVD et Potemkine.


Retrouvez l'ensemble des articles de Samarra sur le rap dans le dossier sur l'histoire et la géographie du rap.

 

Augmix # 12

par Aug Email

  • Commençons par une jeune canadienne à la voix incomparable. Coeur de Pirate (c'est son nom de scène) compose elle-même ses chansons. Ecoutez, c'est très agréable !
  • Retour en arrière avec Manau et un titre des années 1990 (la préhistoire !) que nous a choisi Anne lors de sa revue de l'actualité. Il s'agit de "L'avenir est un long passé" qui évoque un poilu de la Grande Guerre, un résistant et la montée de l'extrême droite à la fin du XXème siècle.
  • Quel est le rapport entre Queen et Léo Ferré ? Je sens que vous ne trouverez pas... Il s'agit du film L'affaire Farewell sorti cette année (je vous en reparle sur ce blog prochainement, c'est promis). Le film est basé sur une histoire vraie, celle d'un agent du KGB qui choisit de livrer des secrets à la France au début des années 1980. En échange, il ne demande pas d'argent mais juste des cassettes de Léo Ferré pou lui (en particulier ce "Mélancolie") et de Queen pour son fils.
  • Un peu de negro-spiritual maintenant avec un titre bien connu "Didn't My Lord Deliver Daniel". Comme souvent, en évoquant des passages bibliques, les esclaves du XIXème siècle faisaient allusion à leur propre situation, Julien Blottière nous en parlé sur l'histgeobox à propos de "Go Down, Moses". Ici, l'évocation de Daniel dans la fosse aux lions est une invitation à l'espoir. Si Daniel a été délivré par Dieu, Il pourra aussi délivrer les noirs de l'esclavage. J'ai entendu l'an dernier à Chicago la chorale de l'université Trinity (dirigée par Paul Satre) près de Chicago interpréter ce titre en répétition. J'en ai filmé un extrait :

 

 
  • Après les spirituals, le blues et ce morceau de Bessie Smith de 1927 "Back Water Blues" qui décrit les ravages causés par les inondations dans la vallée du Mississippi. Retrouvez l'article de Blot sur l'histgeobox à propos de la chanson de Randy Newman sur ce même sujet.
  • Crosby, Stills, Nash & Young avaient dénoncés les actions de Nixon après le massacre de Kent State en 1970, c'était "Ohio" (retrouvez mon article sur cette chanson). Plus récemment, ils appelaient à une destitution de Bush dans ce même esprit à propos de la guerre en Irak. ça s'appelle "Let's Impeach The President".
 
  • Poursuivons avec du rap.  Nas, rappeur du Queens (quartier de Queensbridge comme Jay-Z), s'est fait connaître en 1994 avec Illmatic. Son père Olu Darra est un ancien chanteur de blues et de soul. Je vous avais sélectionné un titre rassemblant les deux générations. En 2008, son album Untitled avait créé la polémique en raison du titre qu'il voulait lui donner (Nigger). Je vous ai choisi  "Queens Get The Money" le premier titre que je trouve sublime (produit par Jay Electronica). Il contient un sample de Yann Tiersen tiré de la BO du film Good Bye Lenin...

 

  • Nas avait eu au début de la décennie un beef  (querelle par rimes interposées) de légende avec Jay-Z. Les deux MC se sont ensuite réconciliés. Ce dernier vient de sortir le troisième volet très attendu de sa trilogie The Blueprint III, en tête des ventes aux Etats-Unis. Je vous ai sélectionné "Empire State Of Mind", hymne à New York interprété avec Alicia Keys. En hommage à l'équipe de Base Ball des Yankees dont c'est la couleur (pas le bleu du gang angelenos des Crips précise-t-il...) , Jay-Z déclare qu'il a le "sang bleu". Leur récente victoire aux World Series a donc dû lui faire le plus grand plaisir...

  

 

  • Kid Cudi nous vient de Cleveland, au coeur de la Rust Belt. Il sort son premier album Man on the moon : The End of day  dont je vous ai choisi le titre "Make Her Say" (qui sample Lady Gaga). Bon, les lyrics sont plutôt "explicites" mais le clip est pas mal et la présence de Kanye West et Common suffisent à enchanter mes oreilles !
 
 
  •  Common toujours avec un titre de son album Be de  2005 qui marquait le grand retour. du MC de Chicago. Aux manettes, l'inévitable Kanye West (qui sample "What It Is" des Temptations et "You Make The Sun Shine" des Temprees), au refrain les Last Poets, un groupe formé en 1969 et aux origines du rap dans sa dimension politique (plus de détails ici). Le résultat c'est "The Corner", un morceau en hommage à ce que "l'école de la rue" peut offrir de meilleur, en particulier dans le Southside de Chicago.
 
 
 

 

Enjoy !

 

Découvrez la playlist Fall session avec Temprees

1 2 3 4 >>