Samarra


Tags: démocratie

Lapiro de Mbanga libéré.

par blot Email

Nous vous avons parlé à plusieurs reprises de Lapiro de Mbanga. Ce chanteur camerounais fut condamné par la dictature de Biya à trois ans de prison pour avoir "incité à l'émeute" (à la suite des grandes manifestations contre la cherté de la vie qui ont eu lieu à la fin du mois de février 2008). Il vient de sortir de prison.

Liens:

- Sur Samarra: "Liberté pour Lapiro".

- Afrik.com: "Lapiro de Mbanga: le combat continue".

- Mondomix: "Cameroun: bienvenue chez vous, monsieur Lapiro!"

- Freemuse: "Singer Lapiro de Mbanga released from prison".

 

Liberté pour Lapiro.

par blot Email

 

 

 

 Le Cameroun français devient indépendant en 1960 et forme une fédération bilingue - la République Fédérale du Cameroun ( RFC)- avec la partie Sud du Cameroun britannique (la partie Nord étant rattachée au Nigeria). En 1972, malgré les protestations des provinces anglophones minoritaires, le Cameroun devient une République unitaire.

 

 

La RFC est un régime présidentiel autoritaire dirigée par Ahmadou Ahidjo, un Peul musulman francophone. Dès 1966, le parti gouvernemental absorbe les autres mouvements politiques. L'Union nationale camerounaise se transforme donc en parti unique.

 

 

 

Ahidjo et Biya se saluent. Les relations entre les deux hommes deviennent vite exécrables et, en 1985, Ahidjo est condamné à mort par contumace. Il est accusé d'avoir fomenté un coup d'état...

 

En 1982, le Président Ahidjo cède le pouvoir à son Premier Ministre, Paul Biya. Il créé bientôt un nouveau parti unique le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Le régime se durcit et en 1990, l'interdiction d'un parti d'opposition déclenche des manifestations importantes. Biya est contraint de lâcher du lest, en tout cas en apparence. Il refuse pourtant de convoquer une conférence nationale avec les différents acteurs politiques du Cameroun (la tenue de ces conférences est fréquente après l'effondrement  du mur de Berlin et à la suite du au sommet de La Baule (1990). La France propose alors aux Etats africains de l’aide pour qu’ils se démocratisent et conditionne son aide financière à leurs tentatives réussies). eta> eta> eta>

size: large;">

 

Caricature de Paul Biya, qui se maintient au pouvoir en maniant la carotte et le bâton.

 

 

Biya et son parti unique parviennent à conserver le pouvoir. Le RDPC remporte en effet les élections de 1992 (boycottées par l'opposition), 1997 et 2004, où de nombreuses irrégularités sont constatées par les observateurs internationaux Le président camerounais passe une bonne partie de son temps à l'étranger (notamment en Suisse) et ne se déplace jamais à l'intérieur du Cammeroun, sauf pour se rendre dans son village natal. Pour autant, il reste omnipotent et  contrôle le pouvoir d'une main de fer, censurant toute forme d'opposition. Les conseils des ministres ne sont plus convoqués et Biya impose donc le fait du prince. Il divise pour mieux régner, fait et défait les carrières à sa guise, multiplie les remaniements ministériel; évinçant tous ceux qui pourraient lui faire de l'ombre.

 

 

Grâce à ses ressources (gisements pétroliers), le pays a bénéficié d'une situation économique relativement stable. Pourtant, la majorité des Camerounais se sont appauvries au cours du règne de Biya. Le Cameroun connait un fort endettement. Aussi, le FMI lui impose un de ses traditionnels plans d'ajustement. D'autre part,  si Biya rappelle à longueur de discours la nécessité de moraliser l'économie, la corruption est devenue un système de gestion. Les détournements d’argent public semblent très fréquents.

 

 

Emeutes à Douala en février 2008.

 

 

Le pouvoir, corrompu et autoritaire, suscite l'ire des Camerounais en 2008. En effet, Biya fait modifier la Constitution, afin de pouvoir supprimer la limitation du nombre de mandats présidentiels et briguer un nouveau mandat en 2011. D'importantes manifestations sont durement réprimées en février 2008 et se soldent par de nombreux morts (près d'une centaine semble-t-il). Bien sûr, comme tous les dictateurs, Biya n'aime guère qu'on lui renvoie le reflet de ses errements.

 

 

 


 

Deux musiciens renommés, Lapiro de Mbanga et

 

 

Joe La Conscience

, ont été arrêtés et détenus par les autorités camerounaises pour avoir chanté des chansons dans lesquelles ils critiquent les amendements constitutionnels.

 

Arrêté le 20 mars 2008, Lapiro de Mbanga est membre du Front Social Démocrate (FSD), un parti d'opposition. Le chanteur est accusé par une justice aux ordres d'avoir incité à l'émeute (à la suite des grandes manifestations contre la cherté de la vie qui ont eu lieu à la fin du mois de février 2008). Le verdict est tombé sans appel: 3 ans de prison fermes. En fait, il semble bien que le pouvoir reproche surtout au chanteur populaire d'avoir multiplié les chansons engagées, très critiques à l'endroit du régime de Biya. C'est le cas avec le morceau "Constitution Constipée" (morceau en écoute ci-dessous) qui met le Président en garde contre les dangers que pourraient poser ces amendements. Il y dénonce les fossoyeurs de la démocratie au Cameroun. Il chante "Libérez Big Katika, libérez Répé Ndoss", ce qui signifie en pidgin camerounais "lâchez le vieux mafieux, lâchez le vieux ringard". Sans jamais nommé Biya, il en fait néanmoins sa cible. 

 

 

 

 

 

Lapiro de Manga (alias Ndinga Man).

 

 

 

LAPIRO DE MBANGA , « Constitution constipée ».

 

 


« Libérez Big Katika, libérez Répé Ndoss,
Le pater est fatigué oooo, foutez-lui la paix
Libérez Big Katika, LIBEREZ REPE NDOS
Le pacho est daya ooo, foutez lui la paix

 

 

 

2011, Cameroon must change !

 

 

 

Libérez Big Katika, libérez Répé Ndoss,
Le pater est fatigué oooo, foutez-lui la paix
Libérez Big Katika, LIBEREZ REPE NDOS
Le pacho est daya OOO, foutez lui la paix

 

 

 

Libérez Big Katika, libérez Répé Ndoss,
Le pater est fatigué ooo
Foutez lui la paix…
Libérez Big Katika, Libérez Répé Ndoss,
Le Pacho est dayed, ooo, foutez lui la Paix…

 

 

 

Seigneur Jésus, appelle ton frère, le Prophète Mohamed.
Au secours, venez-nous délivrer, l’heure est grave.
Les bandits en col blanc veulent braquer la constitution de mon pays.
Les fossoyeurs de la République veulent mettre le Lion en cage,
Les poussins veulent échapper aux serres de l’épervier ;
Le coq est harcelé et menacé d’une tentative de hold up.
En vérité, en vérité, je vous le dis, ils veulent tcha Pablo en otage

 

 

 

Libérez Big Katika, libérez Répé Ndoss,
Le pater est fatigué oooo, foutez-lui la paix
Libérez Big Katika, libérez répé ndos,
Le pacho est daya ooo, foutez lui la paix…

 

 

 

C’est quoi l’urgence et pourquoi cet acharnement farouche à modifier absolument l’Article 6 alinéa 2 d’une constitution dont la mise en application graduelle n’a jamais été amorcée ?
10 années sont passées, le Sénat et les Régions sont toujours attendues…
10 années sont passées le peuple attend toujours la déclaration des biens des individus appelés à gérer les fonds publics ; ce qui en cette période de lutte contre la corruption endémique est une priorité !
10 années sont passées, le peuple attend toujours d’avoir une structure indépendante pour gérer les élections libres et transparentes afin que la grande majorité des citoyens aient le droit de voter ;
Ca, les marathoniens de la mangeoire n’y trouvent aucun intérêt ; sauf celui d’éliminer la limitation du mandat présidentiel de la Constitution.
Aux Etats Unis d’Amérique, en France, en Union Soviétique et dans les vraies démocraties, les mandats présidentiels sont limités ; au Cameroun, pays de mes ancêtres, berceau de la démocratie avancée, apaisée, des fraudes électorales et paradis de la corruption, ON S’EN FOUT.
APRES TOUT, LE CAMEROUN C’EST LE CAMEROUN…

 

 

 

Constitution à gauche,
Constitution à droite,
Révision en haut, révision en bas
Motion de soutien par-ci, contre motion par là
Marche de soutien le jour, contre marche la nuit. »

 

 


Découvrez Découvrez Mondomix.com, le magazine des Musiques et Cultures dans le Monde!

 

 

 

Liens:

 

- "Libérons Lapiro" (sur Samarra).

- Paul Biya, l'homme fort discret du Cameroun. (Libération).

 

- Freedom of musical expression: "Emprisonné pour chanter "constitution constipée".


- L'Afrique enchantée: "L'impossible démocratie".

 

* Sur Bakchich.info:

- Biya sème le chaos pour présider à vie

 

- Paul Biya, le bâton et la carotte

 

 

* Le Monde diplomatique: "Triste bilan au Cameroun"

 

* Camerooninfo.net:

"Lapiro de Mbanga : Martyr de la liberté et… apprenti sorcier".

 

* Nouvel Obs:

Manifestations contre la venue de Paul Biya en France

- "Artistes détenus au Cameroun, un collectif en appel à Carla Bruni".

- La France accusée de protéger excessivement le Camerounais Paul Biya.