Samarra


Tags: egypte

Marc Michel: "Fachoda" et "Essai sur la colonisation positive".

par blot Email

L'historien Marc Michel, professeur à l'université de Provence, spécialiste de la colonisation, a publié notamment

- une biographie de "Gallieni" (Fayard, 1989),.

- "Les Africains et la grande guerre. L'Appel à l'Afrique (1914-1918)" (Karthala, 2003).

- un manuel sur  "Décolonisations et émergence du tiers monde", Hachette, 2005 (2è édition).

- Jules Isaac, un historien dans la grande guerre. Lettres et carnets 1914-1917", Armand Colin, 2004.

 

 

Mais, nous nous intéressons ici à ses deux derniers ouvrages. Dans "Fachoda, guerre sur le Nil", sorti en début d'année chez Larousse dans la collection L'histoire comme un roman, il revient sur un épisode oublié de la conquête coloniale au cours duquel la France et l'Angleterre furent à deux doigts de se faire la guerre.

L'enjeu?

Un petit village du Soudan nommé Fachoda où s'installe en juillet 1898 une expédition française, la mission Marchand, qui vient de traverser l'Afrique d'ouest en est sur près de 6000 km. L'objectif de l'expédition est de s'installer sur le Nil afin de couper en deux l'empire que les Anglais se constituent en continu slon un axe nord-sud allant du Caire au Cap. Avec l'arrivée des troupes britanniques, 3000 hommes menés par Lord Kitchener, le 19 septembre 1898, l'affrontement semble inéluctable. Pendant 3 mois, les deux armées se font face. La tension est alors à son comble et menace de déboucher sur une guerre entre les deux puissances impérialistes. Afin de bien comprendre les enjeux de la crise de Fachoda, revenons un peu en arrière:

 

****

 

Depuis la conférence de Berlin, en 1885, l'Afrique devient le nouveau continent à conquérir pour les puissances européennes qui entrent alors en rivalité afin de contrôler des territoires les plus vastes possibles. En 1898, les Britanniques possèdent alors une longueur d'avance sur leurs rivaux. Solidement implantés dans le sud de l'Afrique, ils contrôlent l'Egypte depuis 1882 (après l'éviction des Français), une partie de la région des Grands Lacs et de l'Afrique orientale (les futurs Kenya et Ouganda), mais aussi la Gold Coast (Ghana actuel) ou le Nigeria en Afrique de l'ouest. Les Français redoutent alors que les Anglais ne s'assurent définitivement le contrôle sur l'Afrique par une sorte de croix qui lierait du nord au sud le Cap au Caire et d'ouest en est le Niger à la mer Rouge. Les Français tentent d'empêcher cela en s'installant au coeur du dispositif anglais, soit dans la région de Fachoda.

 

 

En Egypte, le khédive, qui se trouve alors sous la tutelle de l'empereur ottoman, est confronté aux révoltes mahdistes qui ravagent le nord du Soudan (alors contrôlé par l'Egypte). Les Anglais convoitent ce territoire. En 1898, Lord Kitchener vient à bout des Mahdistes, levant ainsi un verrou qui gênait la progression vers le sud du continent.

 

Muhammad Ahmad, leader politique et religieux du Soudan, est proclamé Mahdi (guide et prophète). Il mène un combat contre les Turcs, les Anglais et leurs protégés egyptiens. En 1885 il s'empare de Khartoum défendue par le gouverneur anglais Gordon et meurt peu de temps après. De 1892 à 1898, le général Kitchener à la tête d'une armée anglo-égyptienne repris le contrôle du Soudan en écrasant les révoltes mahdistes.

 

 

C'est en se dirigeant vers le sud Soudan et le haut Nil que Kitchener tombe sur la mission Marchand. Imaginée par un petit groupe d'officiers français (Archinard, Marchand), l'expédition militaire française envisage de rallier le Nil à partir de l'Atlantique. Les concepteurs du projet reçoivent l'appui du ministre des affaires étrangères d'alors, Gabriel Hanoteau, proche des milieux coloniaux.

L'expédition s'avère très ambitieuse dans la mesure où elle doit parcourir des zones encore très mal connues.

 

Monument commémorant la mission Congo-Nil menée par Marchand (porte Dorée à Paris).

 

 

L'expédition part en 1896 et dure deux ans. Partie avec une lourde cargaison de perles (en guise de monnaie d'échanges), la colonne se trouve rapidement confrontée à des difficultés: au Gabon-Congo en pleine déconfiture financière sous l'administration de Pierre Savorgnan de Brazza; lors de la traversée de nombreuses et vastes zones marécageuses qui ralentissent la progression des hommes; sans parler des régions en guerre. Les tirailleurs qui composent le gros de la mission sont alors chargés d'écraser les révoltes ou résistances que croise la mission.

Enfin, le 10 juillet, Marchand et ses hommes arrivent en vue de Fachoda alors tenu avec le Mek, un chef de tribu local, contraint de reconnaître le protectorat de la France.

 

 

Quelques mois plus tard nous l'avons vu, Lord Kitchener arrive à Fachoda et demande aussitôt à Marchand d'évacuer les lieux. Disposant d'une incontestable supériorité militaire (2000 hommes contre une centaine pour Marchand), il considère la région comme relevant de la sphère d'influence britannique. Totalement isolé, Marchand ne peut s'appuyer sur aucune base arrière ou position de repli sûre. De tout façon, il doit en référer au gouvernement et envoie donc un émissaire en France (en octobre 1898).

 

Le capitaine Marchand et Lord Kitchener en une du Petit illustré amusant.

 

 

Au quai d'Orsay, Théophile Delcassé a remplacé Hanoteau. Echaudé par l'organisation d'une première expédition avortée vers le Nil, le nouveau ministre des affaires étrangères rechigne à engager la France dans la guerre. Le contexte semble pourtant peu propice à une reculade. Nous sommes en effet en pleine affaire Dreyfus (le "j'accuse" de Zola est publié en janvier 1898) et les milieux nationalistes, chauffés à blanc, risquent de vivre comme un nouveau camouflé le retrait des troupes françaises de Fachoda. Delcassé n'en a cure, il ordonne à l'émissaire de Marchand de quitter Fachoda et de céder le pas face aux Anglais. Dépité Marchand s'exécute et repart par la voie de l'est en bénéficiant du soutien du négus éthiopien (voir carte ci-dessus).

 

Source : Petit Journal Novembre 1898. L'hystérie nationaliste s'empare des deux nations et attise l'anglophobie en France.
 
 

Paradoxalement, et malgré toutes les précautions prises par le gouvernement pour tenir Marchand et ses hommes le plus loin possible du grand public, ils bénéficient d'un accueil triomphal lors du retour en métropole début 1899. C'est que le spectre boulangiste continue de hanter les Républicains qui redoutent par dessus tout un coup d'état militaire. Mais Marchand et ses hommes restent dans la légalité et ne tentent rien, profitant simplement d'une popularité exceptionnelle.

 

 

Le livre de Marc Michel contribue à rappeler la stature d'homme d'Etat de Delcassé. Alors que les passions exacerbées par l'affaire Dreyfus poussaient à l'intervention, il sut garder la tête froide et ne pas sacrifier le rapprochement franco-britannique pour un engagement incertain. En effet, il s'emploie alors à améliorer les relations avec l'ennemi héréditaire britannique. Ce rapprochement sera concrétisé en 1904 par la signature de l'entente cordiale avec Edouard VII qui entérine la liberté d'action des Anglais en Egypte, et celle de la France au Maroc.

Le récit fluide de Marc Michel rend la lecture de son livre passionnante et, loin de se cantonner à un rappel de l'événement, il permet de l'éclairer en le replaçant dans le contexte de l'époque.

 

 

Liens et sources:

- L'émision 2000 ans d'histoire consacrée à "la crise de Fachoda" avec Marc Michel.

- L'épopée Marchand.

- La mission Marchand et Fachoda sur le site de la section toulonnaise de la Ligue des Droits de l'homme.

- La crise de Fachoda en 1898, sur le blog HG du lycée de Vinci à Soissons.

- "Marchand-Fachoda ou la ruée vers l'Afrique".

 

----------------

"Essai sur la colonisation positive" de Marc Michel, Perrin, 430p, 22 euros.
Marc Michel est aussi l'auteur d'un ouvrage remarqué sorti l'année dernière intitulé "Essai sur la colonisation positive". Il ne faut surtout pas s'arrêter au titre du livre qui peut induire en erreur et faire penser que l'historien regrette "le bon temps des colonies", or il n'en est rien.

 http://storage.canalblog.com/49/29/113362/37661179.jpg

 

Il se garde tout autant de juger la période avec des concepts contemporains conduisant à l'anachronisme. Dans l'introduction, il écrit par exemple: "(...) on multiplie les inepties. On jauge la colonisation à l'aune de ses bienfaits ou de ses méfaits; on prétend que les Africains ne sont pas "entrés dans l'Histoire"; on assimile colonisation et extermination sans réaliser combien le jugement est anachronique et déplacé".

 

 

Dans son essai, passionnant, il revient sur l'histoire coloniale et souligne sa complexité et sa diversité. Il s'intéresse en particulier à la rencontre, partielle et complexe, entre les Africains et les Européens depuis l'abolition de la traite jusqu'à l'apogée de la domination coloniale au cours de l'entre-deux-guerre. Il y récuse toute vue unilatérale, la propension à juger du passé selon les critères moraux d'aujourd'hui. Dans l'introduction du livre, il écrit:

"Il nous paraît tout aussi inepte de jauger la colonisation à l'aune de ses bienfaits qu'à celle de ses méfaits. L'installation coloniale, dont il est question ici est à l'évidence un acte violent, précédé et préparé par des changements insensibles. Elle n'est pas que cela. Dans un des plateaux de la balance, il sera toujours possible d'ajouter quelques enfumades ou quelques villages "cassés", dans l'autre quelques missionnaires morts dans leur apostolat ou quelques médecins usés par les luttes sans fin contre les endémies, quelques maîtres d'école zélés ou quelques soeurs dévouées à leurs dispensaires... Il va sans dire qu'il y eut des deux, du bien et du mal, et qu'apostropher les Africains en faisant peser sur eux des responsabilités qui ne sont pas les leurs est mal ressenti, autant qu'accuser les Européens contemporains de l'aveuglement et de la sottise raciste de leurs ancêtres est anachronique et déplacé."

 

La démarche convaincante s'appuie en outre sur la grande érudition de l'historien qui nous fait découvrir des aspects souvent ignorés de cette période. Bref, il s'agit d'un vrai plaisir de lecture.

 

 

* Liens:

- les ouvrages de Marc Michel

 

Comment devient-on terroriste ? (2) Shahidas

par Aug Email

 

Décidément, Laurent Galandon a l'art de s'intéresser à des sujets qui nous préoccupent. Nous vous avons parlé régulièrement sur ce blog de ses différents scénarios mis en image par des dessinateurs variés (Arno Monin, A. Dan). Après avoir travaillé sur la Seconde Guerre mondiale et Mai 68 avec Arno Morin, la Guerre d'Algérie avec A. Dan, il s'intéresse à un sujet plus contemporain (à l'image de Gemelos).

En écrivant ce scénario, Laurent Galandon a tenté de comprendre ce qui poussait des femmes à commettre des attentats-suicides. Depuis l'attentat perpetré en 2002 à Jérusalem par une jeune Palestinienne de 26 ans, des femmes ont malheureusement contribué à ces actions terroristes. Le tout récent double attentat dans le métro de Moscou, probablement commis par des femmes, vient de le rappeler.

Shahidas nous emmène donc en Egypte, au Caire plus exactement. Ici encore, comme dans le roman de Mahi Binebine dont je vous parlais la semaine dernière, la somme des frustrations est un élément d'explication mais n'est évidemment pas suffisant. Il y a toujours cette partie de mystère sur les motivations intimes et psychologiques du passage à l'acte. Nous suivons, avec Laurent Galandon et grâce au dessin sobre de Frédéric Volante, un policier qui tente d'avancer dans un monde fragile et déstabilisant et de comprendre pourquoi des jeunes filles décident de mourir en "martyres" (la traduction en français du mot shahidas). C'est évidemment une histoire sombre et qui laisse peu de place à l'espoir. Sur un sujet complexe qui échappe rarement au manichéisme, les auteurs parviennent  néanmoins à nous faire réfléchir sans apporter de réponse toute faite.

Nous avons demandé à Laurent Galandon de répondre à quelques questions sur Shahidas, ce qu'il a fait bien volontiers. Nous le remercions pour cela.

 

  • Pourquoi avoir choisi de traiter ce sujet ?

Parce que je ne comprenais pas ce qui pouvait pousser ses femmes (mais également les hommes) à un tel acte : donner sa vie en cherchant à en détruire le plus possible. Je ne suis pas sûr de pouvoir y apporter une explication parfaite aujourd'hui.

 

  • A partir de quelles sources et documents avez-vous travailler ?

Comme pour chacune de mes histoires, j'ai connu un temps de recherche documentaire assez long. Les documents francophones sur le sujet sont assez rares. Je me suis donc appuyé sur de articles de presse, quelques sites qui évoquent le sujet et d'un ouvrage - intitulé également Shahidas - construit autour  de rencontres avec des Shahidas (arrêtées avant de se faire exploser) et d'enquête auprès de familles de victimes ou de kamikazes.

 

  • Quel message avez-vous voulu faire passer ? 

Pour moi, Shahidas reste avant tout un thriller. Et je ne sais pas si mes histoires, celle-ci comme les autres, cherchent à faire passer un message. Il s'agirait plutôt d'attirer l'attention et la curiosité des lecteurs et, éventuellement de les inviter à aller plus loin si le sujet les intéresse. Néanmoins, j'espère que Shahidas peut également modérer les jugements trop hatifs à l'égard de ses femmes poussées à de telles extrémités.

 

  • Quels sont vos projets pour l'année 2010 ?

En avril, le premier tome du Cahier à fleurs sera en librairie. Il s'agit de l'histoire d'une famille arménienne confrontée au premier génocide du 20ème siècle. En mai, le second tome conclura Tahya El-Djazaïr. Enfin, dans le courant du dernier trimestre, le premier volet d'une nouvelle histoire, Les Innocents coupables devrait également paraître. Il s'agit ici de l'histoire de quatre poulbots conduits dans une colonie pénitenciaire agricole, lieu que la presse dénoncera (tardivement) comme des Bagnes d'enfants.

 

 

Voici la bande-annonce du tome 1 de Shahidas, le tome 2 est annoncé pour la fin de l'année :

 


Shahidas - Cycle 1 - Tome 1/2
envoyé par grandangle-bd

 

  • Shahidas de Laurent Galandon et Frédéric Volante, Bamboo (coll. Grand Angle), 2009

 

Précisons que le roman L'attentat de Yasmina Khadra (dont nous vous parlerons sans doute prochainement) évoque également les femmes-kamikazes.

Samarra au Moyen Orient et en Asie Centrale (Histgeobulles 3)

par Aug Email

 Ce dossier recense les Bande-dessinées, les mangas, les films, périodiques et livres qui abordent l'histoire et la géographie de l'Asie centrale (y compris l'Afghanistan) et du Moyen Orient (y compris l'Iran). Pour les pays de l'Asie orientale et méridionale, voir notre dossier spécifique sur cette région.

 

Des BD qui sont parfois aussi des films (à moins que ce ne soit l'inverse...)

 

 

  • Zeina Abirached, Mourir Partir Revenir. Le jeu des hirondelles, Cambourakis, 2007. Beyrouth en 1984. Une jeune fille raconte le quotidien d'une famille dans le Beyrouth en guerre du début des années 1980.
  • Les auteurs de manhwa (la BD coréenne) n'hésitent pas à s'aventurer hors de leurs frontières. Un exemple avec Naplouse de Kim Bo-Hyun qui raconte l'histoire d'une jeune coréenne qui part retrouver son petit ami photographe américain en mission en Palestine. Elle découvre la vie des Palestiniens et part sur les traces du dessinateur de fresques qui ornent les murs de Naplouse. Le premier tome est paru chez Hanguk.
  • L'un des auteurs de BD israéliens les plus connus, Uri FInk, livre régulièrement ses chroniques. Il raconte dans Israël-Palestine entre guerre et paix (Berg International) la vie d'un Israélien qui veut la paix mais "qui est entrainé dans des logiques qui le dépassent".
  • L'Américain Joe Sacco avait consacré plusieurs BD-reportages à la Palestine dans les années 1990, au moment où les premiers espoirs de paix liés aux acoords d'Oslo semblaient mettre fin aux abus les plus criants de l'occupation. Sa plongée pleine d'humour et d'intelligence dans le quotidien en Cisjordanie et à Gaza est très instructive. Joe Sacco, Palestine. Une nation occupée et Palestine. Dans la bande de Gaza parus chez Vertige Graphic en 1996. Retrouvez l'article consacré sur ce blog à un autre album de Joe Sacco sur la guerre en Bosnie, Goražde.
  • Comment devient-on terroriste ? (2) Shahidas. Des femmes terroristes en Egypte. Un entretien avec le scénariste Laurent Galandon.
  • L'italien Paolo Cossi nous offre un récit graphique pour comprendre le génocide arménien de 1915. La BD vient de paraître chez Dargaud. Cela s'appelle Medz Yeghern.
  • Ted Rall a plusieurs qualités, c'est un très bon reporter qui sait dessiner et qui a de l'humour. Illustration avec Passage Afghan, paru en 2004 et La route de la soie en lambeaux, annoncé pour août dernier et qui paraît enfin à La Boîte à Bulles. Rall est américain et a voulu se rendre compte sur place des effets de la "guerre contre le terrorisme" en Afghanistan après le 11 septembre 2001.
  • Kaboul Disco ou l'histoire de Nicolas Wild, dessinateur qui se retrouve à Kaboul en 2005. 2 tomes parus à La boîte à bulles.
  • Stéphane Clément. Chroniques d'un voyageur. L'engrenage turkmène par Daniel et Paûle Ceppi.

 

  • Faisons une place à part à la BD-reportage photo Le Photographe de Guibert, Lefèvre et Lemercier récemment rééditée en édition intégrale dans la collection Aire Libre chez Dupuis. Le photographe DIdier Lefèvre y raconte merveilleusement bien son voyage en Afghanistan  à l'été 1986, alors que le pays est envahi par les Soviétiques depuis 1979. Il accompagne une équipe de Médecins Sans Frontière encadrée par des moujahidines.

 

De la musique

 

  • "La Guerre du Golfe a eu sa (belle) part de désinformation (si, si, je vous jure, n'en déplaise aux journalistes qui trouvent qu'ils ont fait honnêtement leur travail), le chanteur Jean Leloup en a aussitôt fait une chanson érotico-sarcastique..." En 1990, c'est l'heure de la "conscientisation" par Jean Leloup
  • Médine, le rappeur du Havre, a consacré un titre de son album Jihad à Malcolm X et à Massoud, héros de la lutte contre les Soviétiques en Afghanistan : "Du Panshjir à Harlem"L'Algérino  reprend un concept proche dans son titre "Etoile d'un jour" sur son album Les derniers seront les premiers.
  • Une chanson du Colonel Bagshot sur la guerre des Six-jours de 1967.

 

 

  • Le groupe de rock russe DDT s'est rendu célèbre en 1980 par son titre  "Не стреляй!" ("Ne tire pas").  Iouri Chevtchouk et son groupe DDT deviennent alors célèbres... et suspects avec ce titre qui invite les jeunes soldats soviétiques à ne pas tirer ! Nous vous en parlons plus en détail sur l'histgeobox où vous pouvez écouter ce titre emblématique.
  • L'Afghanistan est également évoqué dans la chanson "Washington Bullets" des Clash en 1981. Plus de détails sur l'histgeobox.

 

    Des films

     

    La terre est un des enjeux essentiels du conflit qui oppose depuis plusieurs décennies Israël et les Arabes. Bien sûr, il y a également des enjeux symboliques non négligeables, ils se superposent et s'enchevêtrent sur cette terre que chacun s'accorde à penser comme sienne. Face à la complexité de ces enjeux, une approche trop manichéenne est souvent de mise. Le cinéma offre parfois, mieux que la télévision et internet, la possibilité de se plonger dans un univers qui nous est inconnu quand bien même il fait partie de notre univers médiatique.
    Deux films réalisés par des cinéastes israéliens nous permettent cette plongée.

     

    En kiosque

     

     

    Nous retenons pour ce dossier une conception très large de la notion de Moyen Orient incluant tous les pays suivants :

    Egypte, Israël, Palestine, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie, Irak, Iran, Koweït, Arabie Saoudite, Qatar, Barheïn, Emirats Arabes Unis, Oman, Yemen, Afghanistan, Asie centrale (Kazakhstan, Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan) et Caucase (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan).

    Pour le reste de l'Asie (orientale et méridionale), retrouvez la sélection de BD, mangas, manhwas et manhuas sur l'Asie.