Samarra


Tags: playlist

Un disque par sa pochette : Midlife, un kaleidoscope des années Blair ou années Blur.

par vservat Email

 
Blur/Blair : deux parcours imbriqués: 

Groupe anglais, fer de lance de la "Britpop", Blur nait précisément en 1990. En 1994, sort son 3° album intitulé Parklife, qui propulse le groupe en haut des charts européens;  cette même année, Anthony Blair (4°ligne, 1ère vignette) prend la tête du parti travailliste qu'il travaille à "rénover", traçant une troisième voie, avec une orientation libérale nette.

De 1997 à 2007 Tony Blair est premier ministre. La carrière de Blur s'arrête (temporairement?) sur le plan de la production discographique en 2003, année de sortie de "Think tank" (encore un outil politique fort prisé de T. Blair, à croire que le hasard fait bien les choses).
 
Projetons nous en 2009 lorsque Blur fait paraître un "best of" intitulé Midlife dont la pochette est un heureux montage de quelques étapes marquantes des années Blair qui deviennent donc les années Blur et inversement. Elle s'inspire graphiquement des célèbres guides "Beginner's guide to" dont voici d'autres exemplaires :
 

 
 
Que voit-on sur celle de Midlife? 
 
Quelques repères pour le groupe et le contexte musical d'abord. Le comté de l'Essex (1ère vignette, 1ère ligne)  d'où sont originaires les deux fondateurs du quatuor (Damon Albarn et Graham Coxon) et l'Union Jack (2ème ligne) au vent ,symbole d'une Angleterre qui a retrouvé une certaine aura après l'entre-deux que constituèrent les années Major (1990-1997). C'est aussi le symbole du retour de la pop nationale, ou Brit pop, incarnée par le tandem Oasis-Blur, alors que se déchaine la vague grunge aux Etats-Unis, les deux mouvements s'opposant  de part et d'autre de l'Atlantique. On ajoutera à ces deux premières vignettes celle du pack de lait qui marche (3° photo, 1ère ligne). Il s'agit d'une image tirée du clip "Coffee & TV", titre de l'album "13", paru en 1999, qui a largement contribué à la popularité du groupe.

Les 90's : entre grandes réalisations et nouvelles interrogations.

Les années 90 sont des années sandwiches constituant la dernière ligne droite avant le grand saut dans le nouveau millénaire. Le passage à l'an 2000 fera l'objet en Grande Bretagne de travaux pharaoniques notamment sur les bords de Tamise. Londres, ville mondiale, ne doit pas rater son examen de passage et deux grands édifices sortent de terre : la Millenium Wheel (London eye)  et le Millenium Dome (2° ligne, 3° vignette de la pochette). Destiné à être une salle d'exposition pour la "Millenium experience", sous la plus grande bâche du monde, cette construction futuriste devint assez rapidement un gouffre financier et nécessita d'être reconvertie pour être rentabilisée (aujourd'hui c'est la plus grande salle de concert couverte de la capitale anglaise rebaptisée O2 Arena). Livré dans les temps, le projet ne fut pas pour autant une réussite.
 
 
La pochette du disque nous renvoie également aux grands bouleversements qui ont parcouru les années Blair et donc l'Angleterre des années 90 dans les domaines scientifiques. On reconnait aisément Dolly sur la deuxième vignette de la 1ère ligne ; premier mammifère cloné, Dolly est une brebis issue des travaux en génétique d'un laboratoire écossais. Née en juillet 96, elle meurt en 2003 et ouvre le débat du clonage animal et au delà même, de celui des hommes. Il est à noter que 1996 est une année particulière dans ces domaines : la crise dite de la "vache folle" qui s'est abattue sur l'Angleterre (et au delà) depuis la fin des années 80, prend alors une nouvelle dimension puisqu'il est  établi, à cette date,  que l'ESB (Encéphalite Spongiforme Bovine) est transmissible à l'homme par ingestion de produits carnés. Est-ce alors un hasard si la dernière vignette de la première ligne nous montre une grande manifestation, sans doute de l'ALF, (Animal Liberation Front)  une des plus importantes associations de lutte contre la vivisection en Grande Bretagne. Apparentée aux mouvements eco-terroristes, cette organisation fit un retour en force au cours des années 90 grâce à des actions spectaculaires dont la plus contestée fut l'enlèvement d'un journaliste infiltré dans ses rangs qui sera soumis à la torture et brûlé au fer rouge pendant sa détention. 

Les années 90 : instabilité planétaire, globalisation et émergence de la question climatique.

La pochette de "Midlife" nous emmène bien au delà des frontières de l'Angleterre et de l'Europe. Placée en position assez centrale (3°ligne, 2° vignette), une photo de la guerre du Golfe. Dans le désert koweitien, un puits de pétrole est en flamme, au premier plan se trouve un soldat irakien. En août 1990, après que Saddam Hussien a envahi le Koweit, une vaste coalition intervient dans la région pour stopper les ambitions irakiennes. La Grande Bretagne ,  en effectifs, fournira le 3° contingent de soldats de l'opération "tempête du désert". La photographie renvoie à la fin du conflit lorsque les soldats irakiens sabotent les puits de pétrole koweïtiens afin de gêner l'aviation des alliés, et perturber  l'économie mondiale, via la flambée des cours du pétrole. L'évocation de cette opération ne peut que nous ramener à la participation ensuite très critiquée, en 2003, de la Grande Bretagne en appui de l'intervention américaine en Irak. Cette constance du gouvernement Blair dans son soutien indéfectible à la politique étrangère des Etats-Unis nourrira une contestation intérieure très forte et coûtera au premier ministre britannique une bonne partie de son ancienne popularité.
 
4 vignettes évoquent la "globalization",  phénomène que nous traduisons en France par "mondialisation". On peut commencer par celle qui se rattache à la mondialisation des modes de vie  (la tennis bleue Adidas, 3°ligne dernière vignette) et des habitudes alimentaires exportées depuis les Etats Unis par des Sociétés TransNationales surpuissantes (ici Mac Donald's). Blur s'est formé au moment où ouvrait en Russie le premier restaurant MacDonald's (4°ligne, 2°vignette), c'est à dire en 1990. Emblématique de la mondialisation menée par les pays à économie de marché, l'image porte aussi en elle l'idée de la recomposition géopolitique du monde, les frites du géant du fast food écrasent le sachet de carton rouge marqué de la faucille et du marteau, signifiant ainsi le triomphe du camp occidental sur celui du bloc soviétique abattu à la fin des années 80. 
 
La mondialisation touche également les communications et l'information. Les années 90 sont celles d'un accès généralisé à une multitude de sources d'informations : de nouvelles fleurs décorent les balcons et terrasses du monde riche  : les antennes paraboliques (4° ligne, 3° vignette). Profusion d'images, individualisation de leur  diffusion, profusion de paraboles : on pourrait croire que le monde avance vers davantage de libertés et de diversité. Pourtant on sait que les médias sont dès cette époque contrôlés par quelques grands groupes qui inondent le monde d'images identiques, calibrées, contrôlées. CNN est l'emblème de ces nouveaux médias.
 
Enfin, les années 90 sont celles de la prise de conscience mondiale de la crise climatique illustrée sur la pochette de l'album par les deux ours polaires flottant sur un bout détaché de banquise. (4°ligne dernière vignette). Les problèmes de la couche d'ozone, des gaz à effets de serre et de la biodiversité sont à l'ordre du jour du sommet de la Terre qui se tient à Rio en 1992 sous l'autorité des Nations Unies. Peu contraignant pour ce qui concerne les décisions qu'il prend, ce sommet est suivi 10 ans plus tard de celui de Johannesburg qui met au cœur des discussions le développement durable notamment par la gestion des ressources terrestres (eau, énergie etc). En ce laps de temps, la question angoissante de l'avenir de l'humanité est devenue centrale. Les discours catastrophistes les plus outranciers occupent désormais de façon incontournable  le paysage médiatico-politique laissant parfois une petite place à une réflexion raisonnée sur le sujet. Est-ce pour oublier ces peurs, pour tourner le dos aux interrogations suscitées par l'avenir incertain, le nouvel ordre mondial, la consommation qui s'emballe jusqu'à l'indécence, ou tout simplement pour planter dans le décor ce nouvel idéal de la réussite matérielle mesurée par l'argent que la dernière vignette (3°ligne, 1ère image) nous montre des boules de bingo
Les différentes hypothèses peuvent être validées comme ultime voie de lecture de cette décennie riche en bouleversements apposés, dans un choix forcément subjectif ,sur la pochette de ce "guide pour les débutants", un guide qui doit permettre de rendre la musique et le parcours du groupe Blur, ancrés dans les années 90, beaucoup moins "flous".
 
Pour replonger dans les années Blur, quelques titres majeurs qui animèrent les années 90 et nous accompagnèrent jusqu'en 2003 (seuls 2 titres visibles ici, cliquez sur le titre de la playlist pour couter 10 autres morceaux) :
 

Découvrez la playlist les années Blur : la playlist avec Blur

 

Histoire et géographie du Rap

par Aug Email

 [Afrika Bambaataa]

 

 

Le coin des Fly-Girls et des B-Boys

 

Vous êtes fan ou vous découvrez l'univers du rap, voici de quoi satisfaire votre curiosité

 

 Pour suivre notre actualité, venez consulter et participer à notre page Facebook. Toutes les semaines nous explorons un thème différent :

 

 

 

La petite histoire du rap à lire, à écouter (en podcast, avec une playlist) et à voir (vidéos, photos, cartes).

 

Petite histoire du rap aux Etats-Unis :

 

Prélude (les sources d'inspiration)

 

  1. The Founding Fathers : DJ Kool Herc, Afrika Bambaataa et Grandmaster Flash
  2. Old School
  3. Un "Message" dans l'Amérique de Reagan
  4. Les années 1980 : From Ol' School to Nu School
  5. Public Enemy : Power To The People And The Beats
  6. L’émergence du Gangsta Rap et de la Côte Ouest:

 

7. La réponse de NYC

8. Le Dirty South se réveille:

 

 

 

Petite histoire du rap en France :

 

 

  1. Une histoire du rap en France- Entretien avec Karim Hammou (1) Années 1980-1990
  2. Une histoire du rap en France- Entretien avec Karim Hammou (2) Années 2000

 

 

Consultez également la petite bibliothèque du rappeur (livres, films, bd, disques,...) et le lexique. Vous pouvez télécharger les podcasts des différents épisodes.

 

 

 

 

Un monde de rap à lire, à écouter (en podcast, avec une playlist) et à voir (vidéos, photos, cartes)

 

 

 

En complément à tout cela, consultez, grâce à Google maps, une cartographie du rap d'hier à aujourd'hui. Cette carte est évolutive. Elle vous permet d'accéder à des articles sur les différents artistes à partir de leur lieu d'origine,des lieux qu'ils ont fréquenté ou qu'ils évoquent dans leurs titres. Pour voir la carte dans une nouvelle fenêtre en plus grand, cliquez sous la carte.

 

 


Afficher
Géographie du Rap et du Hip-Hop sur une carte plus grande

 

 

Des entretiens avec des artistes et des spécialistes du Hip Hop :

 

 

 

Sur l'histgeobox, des titres à l'écoute, qui sont présentés et analysés :

 

 

 
 

Des albums et des musiciens dont on vous parle sur Samarra :

  

 

 

 

 

Du côté des autres éléments du Hip-Hop (breakdance et graffiti) :

 

 

 

 

Connaissez-vous bien la Motown? (playlist, blindtest et quizz).

par blot Email

Les Temptations et les Supremes, deux groupes phares de l'écurie Motown.

 

Sélections de huit titres de la Motown.

1. Marvin Gaye et Tammi Terrell: "Ain't no mountain high enough". Chanson parfaite interprétée par le duo prometteur Marvin Gaye et Tammi Terrell. Tous deux enregistrèrent un album en commun, mais le décès prématuré de la chanteuse mettra un terme à leur collaboration. Le malheureux Marvin sera pou sa part assassiné par son père.

 

2. Gladys Knight and the Pips: "I'll be there (when you get home)." Les très nombreux enregistrements de la chanteuse épaulée par ses Pips attestent de sa créativité sans cesse renouvellée. Les sonorités rappellent ici la deep soul sudiste, ce qui permet de nuancer l'oppoisition systématique entre une soul profonde et bluesy (celle de  Stax) et une musique pop très édulcorée (qui serait celle de la Motown).

 

3. Temptations: "Message from a black man". La carrière des Temptations connaît un virage fondamental avec l'arrivée derrière les manettes du producteur Norman Whitfield. Cette soul psychédélique est en effet à des années lumières des ballades romantiques de leurs débuts ("My Girl", titre absolument irrésistible au demeurant).

 

4. The Funk Brothers: "Bernadette". Instumental stupéfiant où la basse de James Jamerson fait des ravages.

 

5. Diana Ross and the Supremes: "You keep me hangin' on". Au temps de leur splendeur (1964-1967), les Supremes furent le seul groupe capable de rivaliser avec les Beatles dans les charts pop américaines. Il faut dire que les jeunes filles avaient des aguments solides: voix de velours, mélodies accrocheuses, présence scénique déconcertante...

 

6. Stevie Wonder: "Superstition". Le petit génie dans ses oeuvres. Son introduction à l'orgue est absolument irrésistible. L'album dont est tiré ce titre ("Talking book" en 1972) est très bon, mais le chef d'oeuvre absolu de Wonder reste sans doute le double album "Songs in the key of life" (1976).

 

7. Edwin Starr: "Stop the war now". Qui a dit que les artistes Motown ne s'intéressaient pas à la situation géopolitique de leur pays? Ici, le trop méconnu Edwin Starr, clame haut et fort son refus de la guerre du Vietnam.

 

8. Detroit Spinners: "It's a shame". Le groupe ne fit qu'un petit tour chez Motown, mais y enregistra ce tube en or massif.


Blind-Test: une quinzaine de titres, en aveugle, les reconnaîtrez-vous?

 

 

Quizz: Si vous avez lu attentivement, les articles du blog consacrés à la Motown, ce questionnaire ne devrait pas vous poser trop de problèmes. Essayez.

 

 

Retrouvez les deux premiers volets de la série:

- La Motown fête ses 50 ans.

- Les raisons du succès de l'usine à tubes.

1 2 >>