Samarra


Tags: royaume-uni

La mémoire de la traite négrière dans les ports anglais et français

par Aug Email

 

 

[Dans le port de Liverpool, les anciens docks où se trouve l'International Slavery Museum. Un nouveau bâtiment en construction devrait prochainement accueillir le musée. @Aug]

 

 Dans le compte-rendu d'un ouvrage récent sur l'influence de la traite négrière sur la culture française, la chercheuse Silyane Larcher rappelle que "l'histoire de la traite et de l'esclavage colonial ne fut pas une histoire périphérique à celle de la construction de la nation française, pas une histoire au dehors, mais bel et bien une histoire du dedans" (voir dans la bibliographie en fin d'article). Cette histoire, loin de n'appartenir qu'au passé, a donc bien des résonnances dans le présent des villes et des pays ayant pratiqué la traite comme dans ceux qui ont vu partir ou arriver les esclaves déportés. Ces résonnances en font parfois une question de mémoire brûlante en France comme ailleurs. Au-delà des débats nationaux, nous avons voulu aborder la mémoire de la Traite dans les ports européens y ayant activement participé en France et au Royaume-Uni. Pour ce faire, nous avons demandé au politiste Renaud Hourcade de nous parler des principales conclusions auxquelles il est parvenu à l'issue de ses recherches doctorales. Il a en effet soutenu en 2012 une thèse ayant pour sujet : « La mémoire de l’esclavage dans les anciens ports négriers européens. Une sociologie des politiques mémorielles à Nantes, Bordeaux et Liverpool ».

 

 

Pouvez-vous nous préciser de quelle façon l’ouverture de musées consacrés à l’esclavage dans les ports de la Traite au Royaume-Uni s’est articulée au renouvellement de la recherche historique, à la mise en place de législations et à l’enseignement scolaire de cette question ?

 

L’ouverture de musées consacrés à l’esclavage dans les anciens ports de la traite est due à un ensemble varié de facteurs, qui pèsent différemme

Liverpool
 
►Nombre d’expéditions
4894
►Epoques de plus forte activité
 1798-1808
►Destinations principales des expéditions
  • régions de départ des esclaves

 Afrique de l'ouest et centrale

  • régions d’arrivée
Bassin Caraïbes et Etats Unis 
 
Création d’une partie dédiée dans un musée
Maritime Museum (1986)
 
►Création d’un lieu spécifique (musée, mémorial)
 

 

 

nt selon les cas. On peut mentionner d’abord le rôle central de l’activisme des communautés noires de ces villes, surtout à partir des années 1990. A Bristol et à Liverpool – deux des principaux ports négriers du pays – ces communautés formées de migrants africains et surtout antillais et de leurs descendants. Elles sont implantées de longue date dans ces villes, mais elles ont aussi une longue histoire de mobilisations contre le racisme et les discriminations. Elles témoignent plus généralement d’un sentiment de relégation, à la fois social et racial, qui s’est traduit au début des années 1980 par des soulèvements urbains (émeutes de Toxteth à Liverpool, de Saint Paul à Bristol, en 1981).

 

Une lutte plus structurée oppose les associations locales aux pouvoirs publics, en particulier à Liverpool, sur des questions comme l’inégalité d’accès au logement ou à l’emploi. A la fin des années 1990, le développement de musées locaux centrés sur l’histoire locale donne l’occasion à ces groupes militants de se saisir d’un nouveau combat, celui de la mémoire de la traite. Ces musées municipaux, en effet, ont tendance, à minimiser ou à occulter l’épisode négrier, pourtant fondateur pour le développement de ces villes. A Liverpool, le Musée Maritime, ouvert en 1986, n’y consacre que quelques discrètes vitrines, tandis qu’on trouve à Bristol une maison de maître convertie en musée, la Georgian House, essentiellement dévouée à la valorisation de l’esprit d’entreprise et l’art de vivre des grands noms du négoce maritime avec les colonies.

Rien de substantiel ne permet de comprendre, dans ces musées, l’importance historique de la traite négrière pour ces ports, et encore moins de souligner les résonnances sociales et humaines de la période esclavagiste pour la société britannique contemporaine. Dans les deux villes, les célébrations officielles de la « découverte » de l’Amérique, en 1994, accentuent le mécontentement en ne disant rien non plus des drames humains qui ont succédé aux explorations maritimes. A Bristol, cela décide les autorités à mettre sur pied un groupe consultatif, le Bristol Slave Trade Action Group, et à prendre des mesures qui réorientent le récit mémoriel local : la Georgian House ouvre une nouvelle section, cette fois-ci consacrée à l’esclavage, tandis que la mairie sponsorise un Bristol Slave Trade Trail, qui emmène les visiteurs sur les traces du patrimoine négrier. Enfin, en 1999, une exposition temporaire est organisée par le Bristol City Museums and Art Gallery : « A Respectable Trade ? Bristol and Transatlantic Slavery ».

 

  Les émeutes de 81 à Toxteh exposées à l'ISM de Liverpool.(@VServat)

 

A Liverpool, les premières mesures datent des mêmes années. En 1992, le Musée Maritime se décide à répondre aux critiques de la communauté noire locale en inaugurant une nouvelle exposition permanente, cette fois entièrement consacrée à l’esclavage, la Transatlantic Slavery Gallery. Le musée s’est associé pour l’occasion à une fondation philanthropique, et ses équipes ont pris soin de s’appuyer sur un comité scientifique composé d’historiens locaux, et d’autres spécialistes issus des Amériques et des Caraïbes. De fait, cela permet au musée de coller aux connaissances historiques sur la période bien mieux que ne le faisait l’ancienne exposition. Une réorientation du discours s’opère aussi, passant d’une approche purement historique, ou patrimoniale à un récit beaucoup plus centré sur la « question noire » et qui insiste donc, à ce titre, sur les continuités de l’oppression raciale de l’esclavage au monde contemporain.

 

 

 

 

 

Cheminenements dans l'histoire de l'esclavage à Liverpool : fers à marquer les esclaves, évocation de l'Underground Railroad aux Etats-Unis, XIXème siècle, par la figure d'HarriettTubman, et traces dans la ville du passé esclavagiste de Liverpool. (@VServat)

 

Londres
 
►Nombre d’expéditions
2704 
►Epoques de plus forte activité:
 Jusqu'en 1698, la Royal African Company basée à Londres a le monopole de la Traite
 
►Destinations principales des expéditions:
  • régions de départ des esclaves:
 Afrique de l'Ouest
  • régions d’arrivée:
 Antilles (Barbades, Jamaïque)
 
►Création d’une partie dédiée dans un musée:
 
►Création d’un lieu spécifique (musée, mémorial):
 Non

 
 
 
 
 
 
 

Sur ce thème, à l’échelle nationale, le vrai coup d’accélérateur se produit en 2007. C’est l’année du bicentenaire de l’abolition de la traite négrière par les britanniques (1807), un anniversaire auquel le gouvernement Blair veut donner une grande importance. Des fonds conséquents sont débloqués, et les professionnels des musées et de l’éducation, à travers tout le pays, se sensibilisent avec beaucoup de bonne volonté aux enjeux sociaux de cette commémoration. Des initiatives fleurissent partout. Les musées traduisent alors des préoccupations nouvelles, en lien avec les derniers   progrès de la recherche, mais aussi avec l’agenda des questions sociales, tourné vers une valorisation de la Black-britishness. . Dans de nombreux cas, la « perspective noire » est intégrée aux réflexions grâce à des groupes consultatifs.

L’ancien récit national, entièrement centré sur la figure des abolitionnistes blancs, comme William Wilberforce ou Thomas Clarkson, se trouve complété par de nouveaux « héros » que sont les esclaves anonymes, les marrons, ou de grandes figures de l’abolitionnisme « noir » comme Olaudah Equiano. De nombreux musées font ainsi évoluer leurs expositions en 2007, de manière temporaire ou permanente : l’exposition « London: Sugar and Slavery: Revealing our City’s Untold Story » est par exemple présentée au Musée des Docklands de Londres, « Atlantic Worlds » au National Maritime Museum à Greenwich, « Breaking the Chains: the Fight to End Slavery » au British Empire and Commonwealth Museum de Bristol. 

 

 

 

 

Bristol
 
►Nombre d’expéditions:
2064 pour 590 134 esclaves (entre 1698 et 1807)
►Epoques de plus forte activité:
 Dans les deux premiers tiers du XIXe siècle, Bristol dépasse Liverpool en nombre d'esclaves transportés par les navires partis de son port
►Destinations principales des expéditions:
  • régions de départ des esclaves:
 Afrique de l'Ouest
  • régions d’arrivée:
 Jamaïque puis souvent revendus dans les autres iles des Caraïbes (Cuba, Saint-Domingue) ou les colonies nord-américaines.
 
►Création d’une partie dédiée dans un musée:
Section dédiée à l'esclavage au sein de la Georgian House
British Empire & Commonwealth Museum (fermé en 2012)
►Création d’un lieu spécifique (musée, mémorial):
Non

 
 
 
 
 

 

 

 Mais le plus geste le plus important est l’ouverture du premier musée national entièrement consacré à l’esclavage, l’International Slavery Museum, qui vient s’installer sur les quais de Liverpool, en remplacement de l’ancienne exposition du Musée Maritime..

Cette période est aussi celle ou les programmes scolaires évoluent. A partir de la rentrée 2008, les élèves doivent recevoir des enseignements sur la traite triangulaire et l’esclavage – en y incluant les phénomènes de résistance – ainsi que sur l’existence de cultures riches et complexes avant la colonisation européenne en Afrique de l’Ouest.

La sensibilisation à la diversité culturelle de la Grande-Bretagne est aussi au programme. Dans ce contexte, les musées précités, notamment celui de Liverpool, sont amenés à recevoir un grand nombre de scolaires, à se mettre à la portée de ce public et à insister fortement sur la dimension éducative de leur rôle.

 

 

 

 

 

 

  La richesse des civilisations d'Afrique de l'ouest à l'âge moderne présentées à Liverpool. (@VServat)

 

 

 

 

Dans le cas de Liverpool, comment la mémoire officielle et le nouveau musée ont-ils été perçus par la minorité noire de la ville ?

 

Relativement bien, dans la mesure où le nouveau musée répond en grande partie à ses préoccupations, en intégrant désormais l’esclavage et la traite à la mémoire officielle locale. Les conservateurs ont pris soin, par ailleurs, de mettre en place des comités de consultation, ce qui a permis d’associer la communauté noire locale aux orientations générales du musée. Les responsables de National Museums Liverpool, la structure de tutelle du musée, sont aussi à l’origine d’une commémoration annuelle de l’esclavage, qui se tient chaque année sur les rives de la Mersey, le 23 août, sous la forme d’une « libation africaine », et qui laisse les rôles principaux à la communauté noire locale. (Le 23 août est la date de commémoration choisie par l’UNESCO ; qui correspond au soulèvement des esclaves de Saint Domingue). Ce qui est moins bien perçu, c’est l’évolution plus récente de l’International Slavery Museum qui, pour des questions de financements, cherche à élargir sa thématique. D’une focalisation sur l’esclavage atlantique et les questions raciales, il est en train de déplacer sa perspective vers l’esclavage contemporain et autres formes d’exploitation (travail des enfants, prostitution…), en se revendiquant comme un « musée des droits de l’homme ». Cette évolution tend à en dissiper l’ancrage local du musée, voire à dé-historiciser son récit, tout en diluant son insistance sur les questions raciales, ce que certains militants noirs condamnent.

Le sucre et le "middle passage" au coeur du commerce  et de la traite altlantiques à Liverpool. (@VServat)

 

 

Avec le déploiement de dispositifs visant à une meilleure connaissance de l’histoire de l’esclavage et de la traite atlantique comment expliquez-vous que cela reste en France une question vive qui est souvent rejetée hors du champ de l’histoire française ?

 

On peut y voir un effet du recrutement des historiens – à l’Université et dans la recherche – qui en France comporte extrêmement peu de représentants des populations qui sont historiquement les premières concernées par l’esclavage, qu’on pense aux Antillais ou aux Africains. On peut y voir surtout la persistance d’un désintérêt pour ce qui est probablement encore jugé comme un sujet mineur, peut-être peu honorable dans une stratégie de distinction académique. Néanmoins, la structuration de la recherche sur ce thème avance nettement en France, et la création de structures comme le CIRESC (2006) – Centre international de recherche sur les esclavages, un nouveau laboratoire CNRS centré sur ces thèmes – montre une volonté d’encourager de nouvelles recherches et de fédérer celles qui existent. En ce sens, la situation a beaucoup évolué depuis les années 2000, sous l’effet de la loi Taubira (qui, outre l’évolution des programmes scolaires, prévoyait d’encourager la recherche) mais aussi de l’internationalisation des chercheurs français, désormais confrontés au quotidien à des collègues de pays où ces thèmes font depuis longtemps l’actualité académique.

 

 

 Nantes, entre histoire et mémoire. Le chateau rénové des Ducs de Bretagne et le mémorial de l'abolition de l'esclavage.(@VServat)

 

 

Les deux espaces consacrés à l’esclavage à Liverpool et Nantes n’ont pas été conçus dans la même optique. Que pensez-vous de l’optique choisie par Nantes à savoir celle d’un mémorial avec un parcours d’imprégnation et d’information inscrits dans les territoires de la traite locale ?

 

Mon impression est plutôt que le musée nantais est de facture bien plus classique que celui de Liverpool… A Nantes, le musée d’histoire du Château des Ducs, qui ret

 
Nantes

►Nombre d’expéditions:
1714
 
►Epoques de plus forte activité:
XVIIIème siècle (la ville réalise 43% des expéditions organisées au départ des ports français sur cette période)
 
►Destinations principales des expéditions:
  • régions de départ des esclaves:
 Afrique de l’Ouest
  • régions d’arrivée:

Antilles

►Création d’une partie dédiée dans un musée:

 Section dans le musée des Ducs de Bretagne (2009)

►Création d’un lieu spécifique (musée, mémorial):

Mémorial pour l’abolition de l’esclavage (2012)


 
race l’histoire de la ville et de la région, a subi une complète rénovation dans les années 2000. La nouvelle muséographie choisit d’aborder plus frontalement la question de la traite négrière que ne le faisait l’ancienne version. La principale préoccupation des conservateurs a été d’en proposer un récit intégré à l’histoire longue de la ville, dans ses dimensions sociales et économiques, et non de proposer une histoire de la traite comme celle d’un épisode séparé. Ce faisant, la traite négrière se trouve effectivement prise dans le récit historique, ce qui résulte en un traitement patrimonial. C’est l’une des couches de l’histoire locale, assumée mais non spécifiée. Le musée ne dit rien, ou très peu, par exemple, des questions raciales contemporaines. Il ne s’intéresse pas à la figure de l’esclave (très peu représenté dans le musée) ni aux « résistances » et évite toute forme de dramatisation ou de spectaculaire. L’angle principal, conformément à l’angle d’histoire locale favorisé, demeure celui du commerce maritime, des négociants nantais et du développement de la ville à cette époque.

Les choix de Liverpool sont inverses. Il s’agit certes d’un musée d’histoire, mais il est tout entier structuré par les enjeux identitaires (perçus du côté des minorités) et des continuités sociales de l’esclavage. La perspective de l’esclave, de ses origines africaines, de ses souffrances, de ses résistances et de ses descendants, dont l’identité a été transformée par cet épisode, est celle qui guide le récit. Le discours est davantage « mémoriel » en un sens : on y perçoit directement une lecture et un rappel de l’histoire orienté par des questions du présent.

   

 

  

Nantes, une scénographie qui mêle témoignages, textes législatifs, créations artistiques autour de l'esclavage avec une intégration dans le paysage de la ville.(@VServat)


  Nantes a construit récemment (2012) un grand mémorial, qui vient compléter le dispositif d’évocation du passé dans cette ville. Son origine est toutefois très différente du musée et les deux instruments ont été pensés séparément, même si une cohérence leur est donnée aujourd’hui en renvoyant l’ « historique » vers le musée et le « mémoriel » vers le mémorial. Ce mémorial, creusé dans le quai de la Fosse, sur les bords de la Loire, est en effet un espace d’évocation du passé, qui cherche à provoquer des émotions, un recueillement, et à inscrire le passé de manière visible dans l’espace architectural de la ville. Il donne extrêmement peu d’informations historiques, que le visiteur est invité à rechercher plutôt du côté du musée. Cette séparation du mémoriel et de l’historique 

peut paraitre plus saine, surtout dans un contexte français ou l’on prend soin de recimenter régulièrement la frontière. Il me semble qu’elle renvoie surtout au rôle et aux missions assumés par les conservateurs des musées français, qui restent particulièrement orientés vers le « patrimoine » si on les compare à leurs alter-ego britanniques ou américains, souvent plus soucieux de leur « mission sociale ».

 

 

Nantes, traces muséographiques (plaques présentant des bateaux négriers autour du Mémorial) et traces historiques (mascaron à tête africaine) de la traite. (@VServat)

 

 

Bordeaux
 

►Nombre d’expéditions: 
482
►Epoques de plus forte activité:
 Dernières décennies du XVIIIe siècle
►Destinations principales des expéditions:
  • régions de départ des esclaves:
 Afrique de l’ouest, Mozambique, Zanzibar
  • régions d’arrivée:
Antilles notamment St Domingue
 
►Création d’une partie dédiée dans un musée:
►Création d’un lieu spécifique (musée, mémorial):
 Non
 

 
  

 Un choix intéressant, à mi-chemin des deux perspectives, est celui de la nouvelle exposition permanente du musée d’Aquitaine à Bordeaux : Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage. C’est un musée de ville, d’essence avant tout patrimoniale, mais il intègre néanmoins à sa présentation de la traite transatlantique un questionnement sur les « héritages » contemporains qui le rend plus proches des questions sociales. Il a aussi recours à des procédés d’évocation (des vidéos de reconstitution, des témoignages audio…) qu’on ne trouve pas ou peu dans le musée nantais.

 

 

 

 

Parmi les ports français, de nouveaux lieux ont été consacrés à la mémoire de l’esclavage à Nantes et Bordeaux, mais qu’en est-il de la mémoire de l’esclavage dans les autres ports français de la Traite (La Rochelle, Lorient ou Le Havre) ?  

  Ces ports ont été beaucoup moins placés sous le feu des projecteurs, faute notamment d’une mobilisation mémorielle forte dans ces villes. Leur position secondaire, d’un point de vue historique, les préserve aussi d’un stigmate négrier trop encombrant, contrairement à Nantes, qui a été de loin le port français le plus actif dans la traite négrière (avec un peu moins de 2000 expéditions négrières en tout). On pourrait cependant remarquer que le deuxième port, Bordeaux, avec un nombre de voyages de traite de l’ordre de 500, est en fait assez proche de La Rochelle ou Saint Malo…   

La question mémorielle a cependant été beaucoup moins brulante dans ces deux villes. A La Rochelle, dès les années 1980, les espaces muséographiques consacrés aux Fleuriau, des planteurs rochelais, ont intégré une présentation du système esclavagiste et de la vie dans les plantations. Pour tous, au début des années 2000, la loi Taubira a encouragé une prise en compte plus prononcée. Depuis 2005, le Musée du Nouveau Monde de La Rochelle et les archives départementales organisent régulièrement des expositions en lien avec ce passé. Les questions sociales y transparaissent, ainsi que parfois une perspective identitaire, comme dans l’exposition présentée en 2010 au musée du nouveau monde : « Etre noir en France au XVIIIe siècle ». A ma connaissance (limitée, car je n’ai pas réalisé de recherches approfondies sur leur cas) les autres ports ne sont pas réticents à évoquer le passé, mais ils ont un programme mémoriel plutôt modeste, le plus souvent centré sur les commémorations nationales du 10 mai.

 

 

 

 

[Ci-contre : L'Hôtel Fleuriau à La Rochelle. @Aug]

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

A l’issue de vos travaux comparatifs, distinguez-vous des différences profondes entre la mémoire de l’esclavage au Royaume-Uni et en France, en particulier dans les ports de la Traite ?

 

Les points communs sont ce qui saute d’abord aux yeux : le désintérêt pour ce passé, qui ne fait pas partie des mémoires « officielles » locales pendant la majeure partie des XIXe et XXe siècle, puis un moment commun, entre les années 1990 et 2000, ou il devient un problème important à l’échelle internationale (UNESCO), nationale et à l’échelle locale des ports négriers. Cette temporalité commune interroge. La longue occultation renvoie bien sûr à la gêne créée par un passé devenu partout culpabilisant : vaut-il mieux l’enfouir et garder le silence, pour ne pas ternir une bonne image ou assombrir le récit des grandes heures du « siècle d’or » que représente le XVIIIe pour la plupart de ces villes ? Ou vaut-il mieux l’affronter, accepter de le mettre en place publique et en discuter, afin de faire du passé, de ses conséquences, un enjeu normalisé de débat politique ?

La première option a longtemps dominé sans partage. La seconde n’a éclos qu’à partir du moment où des groupes se sont reconnus comme « descendants d’esclaves » et ont porté des revendications de respect et de reconnaissance qui passaient par un discours de vérité sur l’histoire, une sensibilité aux drames du passé. Ce point est également commun aux deux pays.

 

[Ci-contre: La citadelle de Port-Louis près de Lorient abritant le Musée de la Compagnie des Indes. @Aug]

 

Les grandes différences apparaissent sur le plan des tonalités de cette reconnaissance, de la séparation entre des usages du passé jugés légitimes et illégitimes. Sous cet angle, on retrouve les cadres traditionnels, qui évoluent mais restent structurants, du multiculturalisme britannique et de la tradition républicaine française. Dans le premier contexte, l’association entre esclavage et « question noire » ne fait pas grande difficulté, même si les fluctuations du « multiculturalisme » britannique ne doivent pas être sous-estimées, de même que les doutes et les craintes qu’il a fait naître à certaines périodes. L’existence en Grande-Bretagne d’une « politique raciale » (races politics et race policies) depuis les années 1950, calquée sur le modèle américain, a créé des cadres de compréhension et d’interprétations des enjeux mémoriels qui laissaient d’emblée ouverte la possibilité d’en faire un mode de gestion des identités minoritaires.

 

 
La Rochelle, Le Havre, Saint-Malo, Lorient, Honfleur
 
 
►Nombre d’expéditions
Le Havre: 451; La Rochelle: 448; Saint-Malo: 218; Lorient: 137, Honfleur: 134
 
►Epoques de plus forte activité
 2e moitié du XVIIIe siècle
 
Destinations principales des expéditions
  • régions de départ des esclaves
Angole, Guinée (Saint-Malo)
  • régions d’arrivée
 Saint-Domingue (Saint-Malo)
 
►Création d’une partie dédiée dans un musée
 
 

La France a suivi une évolution qui n’est pas si éloignée sur le fond, mais de manière plus chaotique, plus controversée et moins assumée. La loi Taubira n’adopte pas une perspective de reconnaissance raciale, mais plutôt celle du respect dû par la République à des « descendants d’esclaves » identifiés aux habitants des sociétés des DOM structurées par l’esclavage. Cette loi, comme d’ailleurs la commémoration de 1998, est fondamentalement très républicaine, marquée par l’idée d’intégration à la nation, au contraire de la séparation , par le refus de l’idée de « réparation » autre que symbolique, par l’absence de tous droits politiques associé à une dette particulière... Pourtant, on sait les réactions qui ont suivi dans les années 2000 : les « lois mémorielles » confineraient à la « repentance » et affaibliraient le « sentiment national », elles encourageraient la montée des « communautarismes » et les « concurrences de mémoire », etc. Pareil débat n’a pas eu lieu, ou très marginalement, en Grande-Bretagne. En France, ce sont des notions qui ont encadré la mémoire de l’esclavage, en poussant à percevoir en elle un « risque » anti-républicain. L’idée que le sentiment national pourrait sortir renforcé d’une reconnaissance des « fautes » de la nation et de ses victimes est loin d’être la plus commune. Au cours des années 2000, cependant, cet obstacle a de plus en plus souvent été contrebalancé par l’émergence d’autres cadres cognitifs, comme notamment la valorisation tous azimuts de la « diversité », qu’on peut voir comme un multiculturalisme sans droit, symbolique, donc compatible avec l’esprit républicain. C’est à travers cette rhétorique que Bordeaux, par exemple, a fini par justifier sa politique mémorielle : montrer l’esclavage et la traite est une manière de valoriser la « diversité » de la ville, une ville moderne et culturellement cosmopolite. On se trouve donc face à un récit républicain qui n’est pas figé, où la question des « minorités » peut faire des incursions, qui ont en retour un impact sur les cadres dominants de la mémoire publique « officielle » de l’esclavage.

 

Propos recueillis par VServat et Aug qui tiennent à remercier Renaud Hourcade pour cet entretien

 

[La source principale pour les informations contenues dans les encadrés est l'Atlas des esclavages (Autrement). Divers ouvrages et sites internet ont également été consultés. Se référer aux liens et à la bibliographie ci-dessous pour plus de précisions]

 

 

Des liens pour prolonger

 

 

Des lectures

  • Renaud Hourcade, "Un musée d'histoire face à la question raciale : l'International Slavery Museum de Liverpool", Genèses n°92, septembre 2013
  • COTTIAS Myriam, CUNIN Elisabeth et ALMEIDA MENDES Antonio de, Les traites et les esclavages, perspectives historiques et contemporaines, Karthala, 2010.
  • Christopher Miller, Le triangle atlantique français. Littérature et culture de la traite négrière (traduit de l’anglais par Thomas Van Ruymbeke), Rennes, Les Perseïdes, 2011. Lire le compte-rendu de Silyane Larcher pour La Vie des Idées.
  • Bordeaux au XVIIIe siècle, le commerce atlantique et l'esclavage, Textes de François Hubert, Christian Block et Jacques de Cauna ; préface d'Alain Juppé ; [traduction en anglais de Lucy Edwards]. - Bordeaux, éd. Le Festin, 2010.
  • Jean-Michel Deveau, La traite rochelaise, Karthala, 2009
  • Alain Roman, Saint-Malo au temps des négriers, Karthala, 2001
  • Catherine Coquery-Vidovitch et Eric Mesnard, Être esclave. Afrique-Amériques (XVe-XIXe siècles), La Découverte, 2013
  • Marcus Rediker, A bord du négrier. Une histoire atlantique de la traite, Seuil, 2013 (2008 pour l'édition originale en anglais)
  • Marcel Dorigny & Bernard Gainot, Atlas des esclavages, Autrement, 2006

 

 Cette sélection est partielle, n'hésitez pas à nous suggérer d'autres publications et d'autres liens !

Un rap pour comprendre la réforme du NHS en Grande-Bretagne

par Aug Email

 


[Caricature de Steve Bell parue dans le quotidien The Guardian. Lansley et Cameron en train d'opérer le NHS...]

 

Voilà plusieurs mois que nous avons découvert avec enthousiasme le "Andrew Lansley Rap" de Nxtgen. Un rap engagé, direct et qui traite d'une question politique et sociale brûlante : la réforme du système de santé en Grande-Bretagne. Peu courant ! Le temps de potasser un peu tout ça et voici l'article sur l'histgeobox. L'occasion de revenir sur l'histoire du NHS, son évolution et le projet de réforme envisagé par le gouvernement de coalition du Conservateur David Cameron.

 

Voir le clip et lire l'article sur l'histgeobox

 

 

 

 

Retour sur "l'hiver du mécontentement" 78-79 : entretien avec Marc Lenormand.

par vservat Email

Nous nous interessions, il y a quelques temps sur l'Histgeobox à deux titres des Clash datés de 1979, "London Calling" et "Guns of Brixton". Si l'hiver 78-79 évoque bien peu de choses de ce côté-ci du Channel, il en va différemment en Angleterre. Cet hiver vit, en effet, naître et se développer un mouvement social de très grande ampleur. Moins important que d'autres sur cette même période, il a toutefois laissé une trace indélébile dans la mémoire collective. Le Sun, tabloïd bien connu, parle alors du "winter of discontent" ou "hiver du mécontentement". Le terme est depuis passé dans le langage courant et l'épisode est devenu un véritable mythe politique Outre-Manche, tant et si bien qu'il y a quelques jours encore le Guardian publiait un article sur les émeutes de Brixton de 1981, les qualifiant de "summer of discontent".
 
 
Tournant majeur de l'histoire sociale britannique, le "winter of discontent" est aussi un point de basculement de l'histoire syndicale et politique du pays, qui conduisit à l'avènement du thatchérisme, dont les années Blair ne constituent aucunement une rupture. (1) 
 
 
Cette référence incontournable nous incite évidemment à regarder avec un oeil vigilant ce qui se passe aujourd'hui en matière de luttes sociales de l'autre côté de la Manche, que ce soient  les grandes manifestations étudiantes contre la hausse des droits d'entrée à l'université de l'automne dernier, ou celles, plus récentes,  des travailleurs du secteur public contre les coupes budgétaires du gouvernement Cameron. Passé et présent, en la matière, peuvent-ils se lire en mirroir?
 
Pour retracer le fil des évènements de cet "hiver du mécontrentement", pour en délimiter la portée sociale, mais aussi pour en saisir les enjeux politiques et syndicaux, nous avons demandé à Marc Lenormand, doctorant en études anglophones à l'Université de Lyon 2 (2), dont le travail de thèse porte sur « L'hiver du mécontentement” de 1978-1979 : le mouvement social britannique face à la crise du travaillisme et la nouvelle droite thatchérienne », de bien vouloir répondre à quelques questions sur le sujet et de prolonger son analyse sur la façon dont le monde de la culture, à l'instar des Clash, a pu rendre compte de cette période. 
 
 
 
 
 
 
En France, le "winter of discontent" de l'hiver 79 est relativement mal connu, alors qu'il est un véritable mythe politique en Angleterre, réactivé constamment et passé dans le langage usuel (il y a encore quelques jours, un article du Guardian transformait les émeutes de Brixton de 1981 en "summer of discontent"). Pourquoi tient-il une telle place dans l'imaginaire politique britannique ?
 
 
Effectivement, le rôle de mythe politique fondateur que l' "hiver du mécontentement" joue dans la Grande-Bretagne post-thatchérienne peut surprendre, d'autant que les années 1970 et 1980 en Grande-Bretagne ont été marquées par de nombreux conflits sociaux dont beaucoup ont dépassé les conflits de l'hiver 1978-1979 en durée, en intensité et en termes d'impact sur l'activité économique du pays.
 
On peut donner à cette focalisation sur l' "hiver du mécontentement" des explications de plusieurs ordres. Il y a tout d'abord le terme lui-même, "hiver du mécontentement", introduit par le rédacteur en chef du Sun en référence au premier vers de la pièce Richard III de Shakespeare, une oeuvre littéraire dont le désordre social et politique du royaume constitue un thème majeur.
 
Il y a ensuite la conjoncture politique. Ce conflit précède de quelques mois la victoire des conservateurs aux élections législatives de mai 1979. Comme les conservateurs ont commencé à roder leur rhétorique anti-syndicale pendant l'hiver 1978-1979 et qu'ils ont fait campagne 
sur le thème du retour à l'ordre social au printemps 1979, les conflits de l'hiver 1978-1979 ont été vus comme un facteur déterminant dans ce changement de gouvernement qui constitue la principale rupture politique dans l'histoire de la Grande-Bretagne depuis 1945. Même si l'on peut attribuer le changement de gouvernement à d'autres facteurs (désaffection des couches populaires pour un gouvernement qui mène une politique d'austérité économie, déception d'une partie de l'électorat en Ecosse et aux Pays de Galles suite à l'échec des référendums sur l'autonomie), les conservateurs au pouvoir à partir de 1979 ont constamment réactivé la mémoire de ces conflits pour motiver leur politique anti-sociale et anti-syndicale et identifier leurs adversaires politiques travaillistes à la menace du chaos social et politique.
 

 

 
 
 
Margaret Thatcher prend la tête du parti conservateur en 1975. Elle remporte les élections générales de mai 79 et devient premier Ministre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enfin, au sein même du parti travailliste et du mouvement syndical, l'aile dite "modernisatrice" s'est pareillement servie de la mémoire de l' "hiver du mécontentement" et de la défaite travailliste dans un contexte de conflictualité sociale pour imposer un recentrage du parti travailliste et du mouvement syndical et une acceptation de l'ordre social et politique thatchérien. C'est pourquoi, aujourd'hui encore, l' "hiver du mécontentement" est une référence centrale aussi bien pour la droite que pour le centre-gauche, et un mythe politique très efficace pour disqualifier toute contestation sociale.
 
 
 
Pouvez vous nous dire ce qui se déroule durant le "winter of discontent" de 1979 ?
 
Après que le gouvernement travailliste a décidé à l'été 1978 et pour la quatrième année consécutive d'imposer un plafond aux augmentations salariales (+5% au maximum à une période ou l'inflation est supérieure à 10% par an), la contestation part des usines Ford au mois d'octobre 1978. Ford est un foyer de contestation ouvrière traditionnel. Ce qui est moins attendu, c'est qu'après que les ouvriers de Ford ont obtenu un accord salarial favorable, toute une série de secteurs se mettent en grève. Un conflit social majeur affecte le transport routier au mois de janvier 1979. Les routiers bloquent les ports et les zones industrielles, et provoquent un ralentissement de l'activité économique. Alors que l'opposition conservatrice demande que l'état d'urgence soit déclaré et l'armée appelée en renfort, le gouvernement travailliste s'y refuse pour éviter d'envenimer la situation. Les routiers obtiennent satisfaction de leurs revendications à la fin du mois, au moment où démarre l'autre conflit majeur de l'hiver 1978-1979, dans les services publics. Les travailleurs de ce secteur ont été affectés tout particulièrement par le contrôle strict des augmentations de salaire et par les réductions budgétaires menées depuis 1975, et le mouvement qui démarre le 22 janvier 1979 fait suite à une multiplication des conflits locaux dans ce secteur. Les organisations syndicales organisent des grèves roulantes (chaque service, chaque hôpital, chaque école se met en grève l'une après l'autre) et des grèves éclairs (une heure ou une journée) pour ne pas pénaliser des salariés aux revenus déjà très faibles et parce qu'elles anticipent une grève longue et dure. Le conflit se poursuit tout au long du mois de février, et dans certains secteurs et localités jusque mi-avril.
 
Les revendications sont loin d'être entièrement satisfaites, mais le gouvernement promet la mise en place d'une commission pour étudier les conditions de salaires des personnels des services publics, ce qui incite certains syndicats à signer les accords salariaux assez peu favorables qui leur sont proposés.
 
 

 
 
 
 
 
 Les travailleurs des services publics réclamant des hausses de salaire.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qu'est-ce qui se joue en matière de bouleversements économiques et sociaux durant cette période?
  
Il me semble qu'il y a deux évolutions socio-économiques majeures pendant cette période de la deuxième moitié des années 1970. La première, c'est une transformation des politiques économiques. Du fait de l'orientation internationale de l'économie britannique, et dans un contexte marqué par l'augmentation du prix du pétrole et des matières premières depuis le début des années 1970, la Grande-Bretagne connait à la fois un fort déficit de sa balance des paiements, un ralentissement de la croissance de son PNB (Produit national brut) et une forte inflation. C'est une situation difficile, mais aussi nouvelle par rapport à la période dite de "l'âge d'or" (équivalent britannique des trente glorieuses françaises) de l'après-Guerre, et par rapport à laquelle les économistes et les politiciens sont désemparés. Alors que les remèdes traditionnels, comme les politiques de relance de l'économie, échouent et ne font qu'aggraver l'inflation, de nouvelles théories connaissent une fortune croissante auprès des dirigeants politiques et économiques. Il s'agit d'un ensemble de théories, que nous appellerions aujourd'hui néo-libérales, et qui attribuent les maux de l'économie britannique à des dépenses publiques trop élevées et à un poids trop important des organisations de travailleurs. Ces théories se répandent grâce à l'action de réseaux intellectuels très structurés au sein des milieux universitaires, journalistiques, financiers et politiques. Elles ne convainquent pas encore un patronat britannique attaché à la paix sociale et au compromis historique avec le mouvement syndical, mais elles pèsent sur la décision politique à la fois de l'intérieur (par leur influence au sein des ministères, et notamment du Trésor britannique) et de l'extérieur (par la pression des marchés financiers, dont la confiance devient un élément essentiel pour garantir la stabilité d'une économie). Un épisode célèbre de ce tournant néo-libéral des politiques publiques est l'intervention du FMI (Fonds monétaire international) à l'automne 1976, dont la délégation vient dicter au gouvernement britannique un plan d'austérité en échange d'un prêt. Les historiens et les économistes débattent aujourd'hui pour savoir si le gouvernement travailliste de 1974-1979 s'était converti à cette nouvelle doctrine économique. Ce qui nous importe, c'est que les politiques sociales et économiques s'infléchissent fortement à partir du milieu des années 1970.
 
L'autre évolution socio-économique majeure de la période, qui a d'ailleurs un impact sur la dégradation de la balance des paiements britanniques, est la désindustrialisation. L'emploi industriel atteint un pic à la fin des années 1960, après quoi il diminue continuellement. Le ralentissement fort de la croissance économique britannique en 1973-1974 (années du choc pétrolier) et dans les années qui suivent, puis la récession de la période 1979-1981 provoquent la fermeture de nombreuses usines et de nombreuses suppressions d'emplois, dans un secteur qui constituait le bastion du mouvement syndical britannique.
 
 
 [symbole de la désindustrialisation : les usines de la British Leyland au bord du gouffre en 1979]
 Piquet de grève à la Britich Leyland qui produisait alors des
Jaguar, mini Austin et Rover.
 
 
 
Comment cet épisode va-t-il agir sur le paysage syndical et celui des luttes sociales? A-t-il laissé des traces dans le paysage actuel? Peut on établir un lien avec les derniers mouvements de protestation contre les coupes budgétaires en Angleterre?
 
Ce qui est remarquable dans l' "hiver du mécontentement", c'est qu'il s'agit du premier mouvement social de grande ampleur qui mobilise principalement les travailleurs des services publics, et notamment des travailleuses femmes. Un grand nombre de femmes de ménage, dames de cantine, concierges, éboueurs, jardiniers, ambulanciers, infirmières et autres salariés qui se mettent en grève au cours de l'hiver 1978-1979 le font pour la première fois. En ce sens, l' "hiver du mécontentement" constitue à la fois l'aboutissement d'une décennie d'extension des luttes sociales par delà les bastions ouvriers traditionnels des mines et de l'industrie manufacturière vers les services publics, et l'annonce du déplacement du centre de gravité du mouvement syndical et des luttes vers les syndicats du service public, évolution dont témoignent les mouvements de protestation de ces dernières années contre la baisse du pouvoir d'achat des salariés des services publics, et le mouvement qui s'esquisse contre les coupes budgétaires brutales du nouveau gouvernement libéral-conservateur.
 
Même si la Grande grève des mineurs de 1984-1985 demeure la principale confrontation sociale des trente dernières années (tant par sa durée que par sa violence), ces décennies ont été également marquées par des grèves importantes chez les infirmières (1982) et les ambulanciers (1988). En dépit des réductions budgétaires drastiques opérées dans les services publics dans les années 1980 et 1990 par les gouvernements conservateurs (réduction du budget des collectivités locales, externalisation des services, privatisation des entreprises publiques), les syndicats des services publics ont contenu la baisse de leur nombre d'adhérents, pendant que les effectifs des syndicats du secteur manufacturier, des transports et de l'énergie étaient décimés. Avec le renforcement de la place des syndicats des services publics au sein du TUC (Trades Union Confederation), la confédération des syndicats britanniques, de nouvelles questions ont également fait leur apparition parmi les priorités du mouvement syndical, notamment celle de la représentation et de la participation des femmes et des minorités ethniques.
 
 
 
 
 
 
Infirmières de la NHS en grève durant le "winter of discontent".
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En termes de revendications, il est effectivement possible de faire un parallèle entre le mouvement actuel et l' "hiver du mécontentement", qui tous deux prennent pour cible des politiques d'austérité. En revanche, il est nécessaire aussi de souligner la transformation du contexte social et institutionnel depuis 1979 : les syndicats font face à un gouvernement conservateur violemment hostile (alors que le gouvernement travailliste de 1974-1979, quelles que soient les politiques qu'il mettait en oeuvre, était lié au mouvement syndical) ; les possibilités d'action des syndicats ont été sévèrement réduites par une série de lois anti-syndicales votées par la majorité conservatrice au Parlement dans les années 1980 ; enfin le mouvement syndical dans son ensemble a été affaibli par son déclin numérique et sa marginalisation politique. Une nouveauté, dont les effets restent à mesurer, est la conjonction potentielle sur certaines revendications entre le mouvement syndical et le mouvement de contestation estudiantin qui a émergé à l'automne. Un certain nombre d'actions (notamment celles menées par le collectif UK Uncut contre les entreprises qui pratiquent l'évasion fiscale) sont bien reçues dans le mouvement syndical. Reste à voir si cela débouche sur une vraie convergence.
 
 
 

 
Comment cet épisode va-t-il contribuer à bouleverser les rapports de force entre les travaillistes et les conservateurs en ouvrant les portes du pouvoir à Margaret Thatcher?
 
L'arrivée au pouvoir des conservateurs thatchériens marque à de nombreux égards une rupture dans l'histoire politique et institutionnelle de la Grande-Bretagne. Margaret Thatcher est arrivé à la tête du parti conservateur en 1975 suite à la chute du précédent gouvernement conservateur face à une grève des mineurs, et sur un programme de rupture avec le conservatisme de compromis social jusqu'alors majoritaire au sein de la direction du parti. Une fois au pouvoir, les conservateurs rompent avec la politique de concertation avec le mouvement syndical qui prévalait depuis l'après-Guerre. Les syndicats sont institutionnellement marginalisés, symboliquement disqualifiés, légalement neutralisés, enfin réprimés par la police et la justice britanniques lorsqu'ils s'opposent à l'imposition du nouvel ordre social et économique thatchérien.
 
Cette rupture dans les politiques publiques et cet affaiblissement du mouvement syndical produisent des transformations au sein du parti travailliste. Le débat sur l'attitude à adopter face au gouvernement thatchérien aboutit à une sécession de l'aile droite du parti travailliste qui forme le SDP (Social Democratic Party), dont le bon score aux élections de 1983 permet aux conservateurs de se maintenir au pouvoir. Au sein du parti travailliste, cette reconfiguration du champ politique et social donne des arguments à l'aile centriste désireuse de distancier le parti du mouvement syndical. Le parti travailliste rechigne à soutenir les mineurs en grève en 1984-1985, et la nouvelle défaite travailliste en 1987 amorce un processus dit de "modernisation" du parti, marqué par un recentrage politique, une marginalisation du rôle des syndicats en son sein et enfin, après l'arrivé de Tony Blair à la tête du parti en 1994, une acceptation du nouveau cadre social et économique mis en place par les conservateurs.
 
 
 
 
 
 
 
Affiche de campagne du New Labour pour les élections de 1997. Tony Blair et son image envahissent les affiches.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le parti travailliste qui accède de nouveau au pouvoir en 1997 sous le nom de "New Labour" ne promet qu'une inflexion sociale d'un ordre économique thatchérien devenu indiscutable. La question demeure de savoir dans quelle mesure l' "hiver du mécontentement" de 1978-1979 a contribué à l'arrivée au pouvoir des conservateurs et à cette transformation du parti travailliste. La façon dont les politiciens et les médias conservateurs ont mis en oeuvre des stratégies rhétoriques associant la crise sociale et politique du pays à l'incompétence des travaillistes et à la toute-puissance des syndicats a été étudiée de manière convaincante par des politistes britanniques. Cependant, de là à conclure que les conflits sociaux de l'hiver 1978-1979 ont été, à travers ce travail de construction discursive, le facteur déterminant de la victoire conservatrice en mai 1979, il y a un pas qu'on peut hésiter à franchir.
 
En étudiant les évolutions du mouvement syndical et la montée de la contestation face aux politiques d'austérité dans les années 1970, on peut tout aussi bien affirmer que les élections de mai 1979 sont moins une victoire conservatrice qu'une défaite travailliste, et que les travaillistes doivent la désaffection de leur électorat traditionnel à l'adoption de politiques économiques hostiles aux salariés.
 
 
 
 

Le "London Calling" des clash mis à part, quelles autres oeuvres évoquent/ se réfèrent à ce moment de l'histoire britannique contemporaine?
 
 
On peut tout d'abord penser aux productions artistiques contemporaines de 1978-1979. 1979 est l'année de la sortie du film "La vie de Brian" des Monty Pythons, dont une scène fameuse tourne en dérision le sectarisme de la gauche radicale britannique.
 
C'est aussi l'année de la sortie de toute une série d'oeuvres musicales qui reprennent la thématique de la désintégration sociale et de l'aliénation, comme les albums "The Wall" des Pink Floyd et "Unknown Pleasures" de Joy Division. Ces derniers sont représentatifs de l'émergence d'une série de groupes aujourd'hui caractérisés comme post-punk (avec en tête The Cure), dont les mélodies mélancoliques contrastent avec l'énergie du punk. Si, avec ces nouveaux groupes, la veine nihiliste subversive du punk prend progressivement un tournant plus noir et perd sa dimension libératrice, il n'en reste pas moins que c'est le punk qui est le courant musical marquant des années 1978 et 1979 en Grande-Bretagne, derrière des figures tutélaires comme les Clash ou les Sex Pistols. Peu de groupes font certes de leur chansons des commentaires sociaux aussi explicites que les Clash dans leurs différents albums ou The Jam dans leur album Settings Sons (1979).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il est cependant difficile de ne pas faire de parallèle entre d'un côté les interrogations sur le déclin de l'économie britannique, la crise de l'idéologie travailliste, la désindustrialisation et l'extension de la conflictualité sociale, et de l'autre côté l'adoption de ce genre musical et de l'imaginaire qui lui est lié par une frange considérable de la jeunesse britannique. Cette situation sociale et politique se reflète tout particulièrement à travers la scène street punk, aussi appelée oï. C'est la musique associée à la mouvance skinhead, qui revendique dans ses vêtements et les thèmes de ses chansons une identité ouvrière. La fin des années 1970 sont le moment où cette mouvance, traditionnellement ancrée à l'extrême gauche et porteuse d'une hostilité de classe à l'égard de la police et de l'Establishment, connaît une scission entre une fraction attirée par les thèmes néo-nazis dans un contexte de montée de l'extrême droite sous la forme du National Front, et une fraction qui développe des thèmes antifascistes.
 
Par ailleurs, il y a un ensemble de productions artistiques qui font référence rétrospectivement à cette période. Je ne connais pas d'oeuvre de fiction située spécifiquement dans cette conjoncture historique de l'hiver 1978-1979, mais la décennie 1968-1979 a été amplement abordée par les artistes.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En littérature, il faut mentionner "Bienvenue au club" de Jonathan Coe (2001), le portrait d'un groupe d'adolescents qui grandit à Birmingham dans les années 1970, avec en toile de fond les conflits sociaux aux usines British Leyland, la violence de la guerre civile nord-irlandaise et l'émergence de la musique punk. A la télévision, la série "Life on Mars" (3) met en scène un policier des années 2000 qui est projeté dans les années 1970. Elle illustre remarquablement la représentation de cette période de l'histoire de la Grande-Bretagne comme une préhistoire où le machisme et la brutalité des policiers n'ont d'égal que l'archaïsme du monde du travail.

 
 
 
Tous nos remerciements à Marc Lenormand pour avoir bien voulu répondre à nos questions !
 
Etant donné les nombreuses références qu'il nous a données, terminons en musique cet entretien.
 
 

 

 Notes :

(1) Se référer en particulier à l'ouvrage de Keith Dixon, "Un digne héritier", Raison d'agir, 2000.

(2) Marc Lenormand est donc doctorant en études anglophones (Université Lyon 2, laboratoire Triangle UMR 5206). Il a publié 

« Les bons élèves du thatchérisme ? La « modernisation » des syndicats britanniques depuis 1979 », La clé des langues, URL : http://cle.ens-lyon.fr/96960993/0/fiche___pagelibre/


« Part of the union : les syndicats britanniques et le monde du travail depuis 1945 », La clé des langues, URL : 
http://cle.ens-lsh.fr/63019595/0/fiche___pagelibre/

(3) Samarra a consacré un article à cette série. Il est disponible ici.


Bibliographie :

Marc Lenormand« Les bons élèves du thatchérisme ? La « modernisation » des syndicats britanniques depuis 1979 », La clé des langues, URL : http://cle.ens-lyon.fr/96960993/0/fiche___pagelibre/


Marc Lenormand, « Part of the union : les syndicats britanniques et le monde du travail depuis 1945 », La clé des langues, URL : 
http://cle.ens-lsh.fr/63019595/0/fiche___pagelibre/

Keith Dixon, "Les évangélistes du marché", Raison d'agir, 1998, 2008 pour la réédition.

Un article de la BBC sur les élections générales de 79.
Un article de la BBC sur le 
"winter of discontent"
Un article du Guardian partant des
 mémoires de J. Callaghan.
Un autre article du Guardian sur les
 grèves du secteur public de 1979.
Une conférence de Colin Ray, Université de Sheffield, 
The "Winter of discontent" in British politics", 2009 (cliquer sur le texte "opening conférence")
Une autre conférence de B. Lemonnier, université de Paris X Nanterre, "
L'Angleterre depuis 45 : les enjeux d'une histoire culturelle", 1997

1 2 3 4 5 6 7 8 >>