Samarra


Tags: seinen

Au rayon manga : Vinland Saga, Le pavillon des hommes et Hokusai

par Aug Email

Parmi les derniers mangas que j'ai pu lire ces derniers temps, je voulais vous signaler deux séries en cours et un one-shot :

 

 

Vinland  Saga, au coeur de l'épopée viking

 

Il s'agit d'une série en 7 épisodes parus à ce jour dont le titre laisse penser qu'il s'agit du récit de l'installation de Vikings sur le continent américain (le fameux  "Vinland" des sagas) autour de l'an mille. Cela est en partie vrai, mais l'essentiel de l'action se passe ailleurs, dans cette Europe du Nord qui a connu l'invasion de groupes vikings venus de Norvège, du Danemark et de Suède. Makoto Yukimura, le mangaka, nous fait voyager de l'Islande à la Norvège et au Danemark en passant par l'Angleterre où se déroule une grande partie de l'action.

Une lutte féroce s'y déroule en effet entre les Anglo-Saxons qui dominent le pays depuis la fin de l'époque romaine et les Vikings qui contrôlent une partie du pays (le territoire du Danelaw). Quelques celtes gallois viennent parfois se mêler aux rudes combats. Le récit fait en effet la part belle aux batailles et l'auteur semble fasciné par la force quasi surhumaine de certains guerriers (même si certains, comme attesté par certaines sources, mangent quelques champignons hallucinogènes pour ne plus craindre le danger..., voyez le premier extrait ci-dessous). Soulignons au passage, malgré quelques scènes un peu surnaturelles, la volonté de l'auteur de respecter autant que possible les faits historiques et le contexte de l'époque. Au total, cette série est vraiment très réussie. En suivant le désir de vengeance du jeune héros Thorfinn, à la fois allié et ennemi irréductible d'Askelaad avec qui il rêve d'en découdre, on suit les péripéties de la tentative de conquête de l'Angleterre par le roi Sven (ci-dessous au moment du siège de Londres) et la lutte pour sa succession prochaine entre ses fils Knut et Harald. Tout cela se passe donc au XIème siècle et c'est passionnant !

 

Makoto Yukimura, Vinland Saga (7 tomes parus), Kurokawa

 

 

 

 Le Pavillon des hommes, quand les femmes prennent le pouvoir

 

La mangaka Fumi Yoshinaga aime, dans ses mangas, aborder la question du genre. C'est le cas avec la série Le Pavillon des hommes qui nous conduit dans le Japon du XVIIème siècle. Une maladie mystérieuse emporte la majorité des hommes, en particulier les jeunes. L'équilibre de la société s'en trouve bouleversé et certaines choses vont changer, y compris au coeur du pouvoir.

Mais évoquons en deux mots la situation du Japon à cette époque qui sert de toile de fond au récit de l'auteur. Depuis 1603 (et jusqu'au début de l'ère Meiji en 1868), la famille des Tokugawa est détentrice du shogunat et donc de la réalité du pouvoir dans le cadre du système du Bakufu. C'est le début de la période d'Edo, la ville du shogun située dans le Kanto, qui supplante l'impériale Kyoto comme siège du pouvoir réel (le nom Edo est changé en Tôkyô pendant la période Meiji). Au sein du palais du shogun à Edo, un pavillon est réservé à des femmes qui servent le Shogun, au besoin en lui permettant d'avoir un héritier.

C'est là que Fumi Yoshinaga situe son intrigue, mais en faisant de ce pavillon, suite aux effets de la maladie, un pavillon réservé aux hommes, le shogunat étant lui-même finalement dévolu à une femme...

On pourrait craindre la caricature avec des hommes qui se livrent à des querelles pour les meilleurs places, des coups bas, des secrets d'alcoves, mais finalement, l'auteur nous permet de réfléchir à l'essence du pouvoir et à sa masculinité si courante et si arbitraire. On songe alors à quelques pièces d'Aristophane dans lesquelles les femmes prenaient le pouvoir  (L'Assemblée des Femmes) ou faisaient la grève du sexe pour que les hommes cessent la guerre... (Lysistrata). Sauf que les femmes au pouvoir dans ce manga, n'ont rien à envier aux hommes en termes d'ambition et de cruauté. Donc un Josei (le Seinen au féminin) intéressant et captivant.

Fumi Yoshinaga, Le Pavillon des hommes (5 tomes parus), Kana

 

 

 

Hokusai, le "vieux fou de la peinture"

 

Vous connaissez peut être Hokusai, peintre Japonais du XIXème siècle. Died avait évoqué dans un article récent le célèbre tableau La grande vague de Kanagawa (1831). Son oeuvre a inspiré de nombreux artistes, en particuliers des peintres français tels que Gauguin, Van Gogh ou Monet. Il a également popularisé le terme de "manga" (terme féminin pouvant signifier "dessin inabouti") en publiant en 1814 ses carnets de croquis.

Un manga de Shotaro IshinoMori récemment traduit en français nous permet de mieux connaître ce personage exceptionnel qui vécut 90 ans. L'auteur nous raconte une vie faite de multiples remises en cause, Hokusai ne souhaitant jamais s'installer dans un confort pour lui synonyme d'absence de créativité. Ainsi, à 42 ans et alors qu'il bénéficie déjà d'une grande notoriété, il décide de changer de nom d'artiste et d'adopter celui d'Hokusai qui le rendra encore plus célèbre. Aux sources de ces changements, la volonté d'être reconnu pour la valeur de son art et non pour autre chose.  L'insatisfaction et le désir, comme pour beaucoup d'artistes, sont donc de puissants aiguillons. Le récit de Shotaro Ishino Mori n'est pas linéaire et y gagne en cohérence. Chaque chapitre est conçu autour de l'une ou l'autre des périodes de la vie du peintre mais sans respecter la chronologie. Voici deux extraits, l'un nous montre Hokusai jeune, l'autre nous permet d'entrevoir les coulisses de la réalisation de sa série d’estampes Fugaku Sanjūrokkei ou Trente-six vues du mont Fuji dont fait partie la vague, publiée en 1831 alors qu'il a plus de soixante-dix ans.

 

 

Shotaro IshinoMori, Hokusai, Kana

De la peine de mort au Japon

par Aug Email

Le Japon fait partie (avec les Etats-Unis, l'Inde et Taïwan) des démocraties qui continuent d'appliquer la peine de mort. Comme au Etats-Unis, il n'y a pas réellement de débat autour de son abolition. Rappelons toutefois que si Mitterrand et Badinter avaient demandé leur avis aux Français en 1981 sur l'abolition, ceux-ci l'auraient certainement refusée.

Une quinzaine de condamnés ont été pendus au Japon en 2008. Il semble malgré tout que les choses évoluent au Japon et l'élection historique de Yukio Hatoyama en août y est pour quelque chose. Le leader du Parti Démocratique du Japon (PDJ), qui a mis fin a la domination du PLD depuis l'après-guerre, a choisi de nommer au ministère de la justice Keiko Chiba, une avocate, membre de la ligue des parlementaires pour l'abolition. Dès sa nomination, elle s'est empressée d'amorcer le débat tout en éludant la question de sa suspension de fait (elle devra personnelement signer l'ordre d'exécution en tant que ministre de la justice).

Le Japon a connu une première abolition en.... 724 sous l’empereur Shômu, par conviction boudhiste. Mais la peine de mort avait été rétablie au XIIème siècle. A l'époque d'Edo (1600-1868), on insistait sur l'exemplarité de la peine et son caractère dissuasif. Les exécutions, parfois cruelles, se sont donc multipliées. Par la suite et jusqu'à aujourd'hui, les éxécutions se sont faites de manière plus discrètes jusqu'à taire même la date de l'exécution et informer la famille du condamné après l'exécution. Fin 2009, une centaine de prisonniers attendaient dans le couloir de la mort.

 En attendant de suivre l'évolution de ce débat au Japon, je vous propose de découvrir trois mangas qui abordent à leur manière cette question.

 

Ikigami : Préavis de mort

"Dans notre pays, une loi entend assurer la prospérité de la nation en rappelant à tous la valeur de la vie. Pour ce faire, un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est arbitrairement condamné à mort par une micro-capsule injectée lors de son entrée à l'école.

Lorsqu'on reçoit l'Ikigami, c'est qu'il ne nous reste plus que 24 heures  à vivre. Mais à quoi passer cette dernière journée, lorsqu'on n'a pas eu le temps de faire sa vie ?"

Dans ce manga d'anticipation, un fonctionnaire chargé d'apporter le fameux Ikigami aux individus concernés (boulot pas facile...) commence à se poser beaucoup de questions sur l'utilité d'un tel procédé. Conçu comme un thriller, Ikigami nous fait réfléchir sur le rôle de l'Etat et  sur l'étendue de la violence légitime qu'il peur exercer pour maintenir l'ordre social. La peine de mort n'est ici pas "méritée" mais assure, comme dans le Japon contemporain, un rôle d'exemple qui rappelle aux individus leurs devoirs, à commencer par celui d'être heureux...

 

Motorô Mase, Ikigami. Préavis de mort, Asuka, 2009 (4 volumes parus en français, 7 en japonais). Une adaptation en film est sortie au Japon. Courrier International consacrait un article à la série en 2007. Le site officiel de la série (avec des extraits).

 

 

Détenu 042

"Le gouvernement japonais lance une expérience qui pourrait bien signer la fin de la peine de mort. Tajima Ryôhai, le "détenu 042", condamné à mort pour sept meurtres, verra sa peine commuée en travaux à perpétuité, à la condition qu'il accepte l'implantation dans son cerveau d'une puce très sensible, capable d'exploser à la moindre pulsion destructrice. C'est dans ces terribles conditions et avec cette liberté toute relative qu'il commence son travail d'intérêt général dans un lycée..."

Dans ce manga, le regard posé par la société sur ceux qu'elle condamne est extrêmement dur. Il illustre parfaitement le sondage évoqué au début de cet article sur l'approbation de la peine de mort. Les seuls qui s'avèrent capables de comprendre ce condamné sont souvent ceux qui souffrent du regard des autres comme une jeune aveugle. Parmi les questions sous-jacentes : la réinsertion des prisonniers est-elle possible et souhaitable ? Ce manga a été écrit par Yua Kotegawa, une mangaka qui aborde souvent la mort dans ses oeuvres comme Ottori Sôsa, Anne Freaks et Arcana.

Yua Kotegawa, Détenu 042, Kana, 2006 (série en 5 épisodes)

 

L'ïle des téméraires

 

Autre style et autre époque mais toujours cette réflexion sur la mort. 

"1944. Les Américains contrôlent l'Océan Pacifique. Mais une toute nouvelle torpille-suicide pilotée et difficilement repérable peut encore changer la donne ! Le temps est venu de recruter et entraîner les soldats japonais prêts au sacrifice!! [...]

"Une arme dont on ne revient pas."

Voici la seule explication donnée à tous les jeunes soldats qui voulaient en savoir plus sur la nouvelle arme japonaise."

Peut être moins réussi que les deux mangas précédents, ce one-shot permet néanmoins de mesurer la contrainte exercée sur les jeunes soldats japonais à la fin de la guerre. Visiblement, ils n'ont pas tous choisi de mourir pour la patrie comme kamikaze. En essayant de comprendre les motivations des inventeurs de la machine, un jeune volontaire rencontre plus le désespoir que le patriotisme.

Syuho Sato, L'île des téméraires, Kana, 2009 (one-shot)

 

Post scriptum (26/01)

 

Death Note

Nicolas, mon fournisseur officiel de manga, m' asuggéré un titre qui, comme ceux que je viens de vous présenter, aborde également la question de la peine de mort et de sa légitimité éventuelle. Il s'agit de Death Note de la scénariste Tsugumi Ōba et du dessinateur Takeshi Obata. Il a fait l'objet de plusieurs adaptations au cinéma et en dessin animé depuis sa publication de 2003 à 2006. En France, il est publié par Kana (13 volumes parus, le site du manga). Les ventes de ce manga sont très importantes au Japon, mais aussi en France.

Le Death note est un cahier laissé sur terre par un dieu de la mort. Un jeune lycéen, Light, Yagami, le trouve. En y inscrivant un nom, il peut décider de la mort d'une personne. Que va-t-il faire de ce pouvoir ? Se muer en justicier et décider de la mort de criminels ?

Je ne vous en dis pas plus. Je ne suis habituellement pas très fan de ce genre d'univers, mais ce manga pose quelques questions peu évidentes et offrent une réflexion philosophique intéressante sur la peine de mort, ses objectifs, sa justification et ses effets supposés.

 

Liens :

Trois titres étudiés par Camille Desmoulins et Julien Blottière sur l'histgeobox pour aborder le débat sur l'abolition de la peine de mort en France :

Un article paru sur un blog du Monde Diplomatique analyse les termes du débat sur la peine de mort au Japon. Je m'en suis servi pour cet article.

Quelques BD et mangas pour l'été

par Aug Email

Aya de Yopougon (tome 4)

 

Je vous ai déjà longuement parlé des trois premiers tomes d'Aya de Yopougon écrits par Marguerite Abouet et dessiné par Clément Oubrerie. L'atmosphère d'Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire, dans ces années 1980 où semble fonctionner le "miracle ivoirien". J'ai enfin réussi à lire le tome 4 qui, comme les précédents, nous fait entendre ce parler délicieux et plein d'expressions très imagées. Plus que les précédents, ce tome évoque les liens entre la Côte d'Ivoire et la France par le biais de l'émigration. Les dialogues les plus savoureux de l'ouvrage naissent de l'incompréhension entre un Abidjanais fraîchement débarqué et les Français qu'ils croisent, notamment dans le métro, haut lieu de la sociabilité parisenne... Par ces dialogues et des situations rocambolesques, les auteurs nous montrent la difficulté de l'intégration des immigrés malgré les bonnes volontés. On ne tourne donc pas en rond dans cette série décidément très réussie. On attend la suite annoncée pour l'automne chez Gallimard dans la collection Bayou de Johan Sfar (mais en avant-première cet été dans Libération).

 

Journaliste : A qui sert la presse ?

 

Mineo Mutsu est journaliste à Tôkyô au quotidien Maiasa Shimbun (shimbun veut dire quotidien en japonais). Il a un caractère bien trempé et va au bout de ses idées. Le scénariste Funwari (c'est un pseudo qui signifie moelleux...) et le dessinateur Masao Yajima nous montrent les dessous du journalisme d'investigation. En plongeant dans les histoires parfois sordides de la société japonaise sur lesquelles enquête Mineo, on mesure la difficulté du travail journalistique aux prises avec l'autocensure, les pressions poltiques et financières et le goût du sensationnalisme. Les auteurs enchaînent les enquêtes que l'on peut lire indépendamment, toujours en tentant de répondre à cette question mise en exergue : A qui sert la presse ? Une question encore plus aigüe avec la crise que traversent actuellement les journaux (disparition de journaux acentenaires aux Etats-Unis, concurrence de la presse en ligne,...). Le Japon, dont les journaux sont les plus diffusés au monde (plus de 10 millions d'exemplaires quotidiens pour le Yomiuri Shimbun !) n'échappe donc pas à cette réflexion.

Malgré ses défauts et sa vie sentimentale un peu difficile, on s'attache à Mineo et à ses combats qui semblent perdus d'avance pour la recherche de la vérité. Sa fille Sara est une  précieuse alliée dans sa quête. Deux tomes sont déjà parus en français dans la très bonne collection Akata de Delcourt.

 

Voici enfin deux BD que je n'ai pas encore eu le temps de lire mais qui me semblent intéressantes :

 

 

 

Piscine Molitor : Une biographie de Boris Vian

 

L'artiste est mort il y a 50 ans cette année et de nombreuses publications reviennent sur son parcours et l'oeuvre. Cailleaux et Bourhis publient une BD dans la collection Aire Libre chez Dupuis.

Pour en savoir plus et écouter quelques uns des titres les plus connus du poète et musicien, rendez-vous sur l'histgeobox : 

 

Une vie chinoise : la Chine au temps de Mao

 

Voici un mahnua qui n'a pas été édité en Chine. Il faut dire qu'elle aborde une période encore peu "refroidie" de l'histoire récente de la Chine : les années Mao, en particulier le "Grand Bond en avant" de la fin des années 1950. Trois tomes sont prévus chez Kana. Le premier  intitulé "Le temps du père" vient de sortir. Le scénariste est européen mais a vécu en Asie, il s'agit de P.Ôtié qui a adapté l'histoire de Li Kunwu. Celui-ci est aussi le dessinateur puisqu'il a été pendant plusieurs années artiste au service de la propagande du régime communiste

1 2 >>