Samarra


Tags: société

"Un zoo en hiver" de Jirô Taniguchi : devenir mangaka dans le Japon des années 60.

par vservat Email

Jirô Taniguchi est devenu, en quelques années, une référence en matière de manga avec les traductions et publications successives de ses oeuvres en France de "Quartiers lointains", au "Journal de mon père" en passant par "L'homme qui marche". Ses productions, proches par leur graphisme, de ce que nous connaissons en Occident, lui donnent une place un peu à part dans les réalisations pléthoriques en provenance d'Extrême-Orient. Mangaka dévoué aux oeuvres sérieuses pour ne pas dire dramatiques (gegika), Taniguchi, natif de Tottori, utilise,souvent la cartographie intime de ses personnages pour révéler la société japonaise dans son quotidien, ses pesanteurs, ses retenues et ses interdits.

Plus que leurs paysages, les oeuvres de Taniguichi sont précieuses pour pénétrer les mentalités japonaises, les implicites qui organisent les rapports familiaux, les moeurs nippones et les rapports sociaux, qu'ils soient abordés sous l'angle du travail ou du genre. Taniguchi construit ses mangas en disséquant la psychologie de ses héros, en nous faisant ressentir leurs troubles, leurs douleurs, leurs obligations au fil de pages dont l'élégance du graphisme tient beaucoup à la finesse du trait, à la précision apportée au décor. Ces planches toutes simples, dénuées de clinquant et d'outrance  extrêmement soignées, permettent aux mangas de Taniguchi d'être délivrés au public dans un équilibre subtil entre les images et le propos.

C'est justement l'angle autobiographique que l'auteur a choisi pour une de ses dernières publications françaises. 

Né en 1947, il a semble-t-il, été assez vite happé par son goût du dessin. "Un zoo en hiver" retrace son parcours de jeune homme débutant une carrière ennuyeuse dans une entreprise de Kyoto jusqu'à la publication de son premier manga. Taniguchi se présente comme un garçon atypique dans un monde étouffé par les pesanteurs familiales, dans lequel il est donc difficile d'aller contre les traditions et préjugés. S'entrainant à dessiner les animaux du zoo, il reste en marge des jeunes de son entourage, d'autant plus qu'il est affecté par son patron à la surveillance de sa fille, dont l'exitence est entachée d'une liaison hors mariage avec un homme. 

Rapidement engagé sur des chemins de traverse, notre futur mangaka, rebaptisé Hamaguchi, a l'opportunité, lors d'un séjour à Tokyo, d'intégrer un atelier de dessinateurs de mangas. Il y affute son style en faisant les décors des planches, tout en découvrant un milieu bohême, exigeant, mais relativement déconsidéré socialement, vivant en vase clos, et sacrifiant beaucoup à son art.

C'est la confrontation avec son frère qui permet de mettre en perspective les pesanteurs et les tensions qui traversent la société nippone. Celui ci étant l'ainé, il a sacrifié semble-t-il, ses goûts professionels à la nécessité d'assurer la subsitance d'une famille dont le père n'est plus. Il est à la fois fasciné par le travail de son jeune frère, qui a librement choisi sa voie, mais totalement incapable de considérer le métier auquel il se forme comme un travail à part entière. C'est tout un monde de frustrations, de choix contrariés, de responsabilités oppressantes qui affleure dans ces rapports fraternels. Ils ne peuvent, évidemment , constituer un tableau de l'ensemble de la société japonaise, mais ils en disent  suffisament sur son architecture et ses règles.

Et puis, il y a ce double passage initiatique (artistique et sentimental)  qui va mener l'auteur à la fois vers sa première publication dans le magazine "Shonen holiday" et vers sa première histoire d'amour. Taniguchi sur ce point particulier, est bien plus conformiste, en fait. Il n'aboutira à la publication de son premier manga qu'après avoir trouvé sa muse, souffert pour elle, déssiné et corrigé ses pages à l'aune de ses remarques, et avoir surmonté sa première grande épreuve sentimentale. Petit conte de fée de l'inspiration retrouvée par l'innocence de la jeune Mari, la dernière partie du "zoo en hiver" nous fait franchir les étapes de "l'accouchement" d'une première oeuvre. Le trait et la délicatesse des sentiments toujours exprimés de façon contenue,  permettent d'alléger le poids des clichés. Une certaine poésie plane sur la fin de cette histoire qui se tranforme en nostalgie, si familère aux habitués du maître, lorsqu'il se remémorre la publication d'"un voeu fait aux étoiles", moment à partir duquel il fut officiellement mangaka.

Ne pas oublier de retourner  sur Samarra à la page des BD pour comprendre l'Asie que vous trouverez en cliquant ici

Antoine dénonce la loi de 1920.

par blot Email

Affiche de propagande de 1943. Pour le régime de Vichy une femme ne peut s'accomplir pleinement qu'en tant que mère de famille. Après le traumatisme de la défaite, il s'agit même d'une tâche patriotique primordiale.

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, avec la victoire du Bloc National, la France se dote d'une majorité très conservatrice (en 1919). Cette "Chambre bleu horizon" a une obsession nataliste. Il s'agit de repeupler le pays après l'hécatombe de la grande guerre. Pour les parlementaires, cette mission incombe aux femmes, qui doivent se montrer à la hauteur des sacrifices consentis par les hommes au cours du conflit, au cours duquel ils n'ont pas hésité à verser l'impôt du sang.

Cette chambre vote ainsi en 1920 une loi réprimant « la provocation à l'avortement et à la propagande anticonceptuelle ». Elle assimile la contraception à l’avortement. Toute propagande anticonceptionnelle est interdite.

Or, il faudra attendre la fin des années cinquante pour déceler une timide évolution.En 1966, une chanson d'Antoine décrit un sinistre drame familial. Pour lui la responsable n'est autre que la loi de 1920.

 

Lire la suite de l'article et écouter le morceau sur L'Histgeobox.

 

Eddy Mitchell :il ne rentre pas ce soir

par Rico

A partir des années 70, le chômage de masse devient une donnée essentielle de l'économie des sociétés occidentales. La fin de la prospérité des trente glorieuses, l'essor de la robotisation et de l'informatisation qui réduisent les besoins en main d'oeuvre, les débuts d'une mondialisation de plus en plus compétitive et enfin le choc des crises pétrolières à entraîné des licenciements massifs dans les grands bassins industriels du textile, du charbon et de l'acier, puis, par contrecoup a touché tous les secteurs de l'économie.
 

La suite sur L'Histgéobox